vineri, 28 septembrie 2012


Eveniment cultural european: Au apărut primele 25 de volume din "Integrala manuscriselor Cantemir"

Interviu cu Constantin Barbu

Cotidianul.ro, Nr. din 20 septembrie 2012

Sub coordonarea scriitorului Constantin Barbu, într-o ediţie de lux, au văzut lumina tiparului primele 25 de volume din „Integrala manuscriselor Dimitrie Cantemir”, primul set fiind achiziţionat chiar de către Vladimir Putin, preşedintele Federaţiei Ruse, care a aprobat scanarea documentelor aflate de sute de ani în Arhivele din Moscova.
Vă prezentăm mai jos interviul pe care l-am realizat cu scriitorul Constantin Barbu, cel despre care filosoful Constantin Noica spunea că este „excepţional de înzestrat pentru lucrări de erudiţie şi istorie literară”. Interviul a fost înregistrat chiar înainte de plecarea la Moscova, unde, împreună cu sponsorul acestei întreprinderi culturale, Paul Tudor, urmează să aducă în ţară fotocopiile următoarei tranşe din ediţia acestei integrale Cantemir.
„Ce manuscrise vrei? - Pe toate!”
Ion SpânuCum a început această aventură prin Arhiva Moscovei?
Constantin Barbu: La festivitatea de acordare a unui premiu de excelenţă ambasadorului Federaţiei Ruse, Alexander Churilin, l-am rugat să-mi aprobe intrarea în Arhiva de la Moscova, cu care, în principiu, a fost de acord. După un timp, am fost surprins să primesc de la domnia sa o scrisoare în care mă întreba „ce manuscrise vrei?”. I-am trimis lista după Tocilescu, completată cu ce mai ştiam eu, dar i-am spus, prevăzător, că le vreau pe toate. S-a dovedit că am procedat bine, întrucât acolo am descoperit manuscrise despre care nu se ştia nimic! Abia în mai 2009 am primit confirmarea din partea rusă, inclusiv preţul pentru fiecare filă scanată. Din partea oficialităţilor române nu a fost nimeni dispus să finanţeze această operaţiune, astfel încât abia în toamna lui 2009 am putut pleca la Moscova, când Paul Tudor, un om de faceri care conduce firma SC Besta SA, prin „Fundaţia culturală Tudor”, a avut bunăvoinţa să sponzorizeze tot demersul acesta, cu care România se va mândri multe secole de acum înainte, căci fondul acestor manuscrise este cel mai mare tezaur al României din afara graniţelor!
„Vladimir Putin ne-a dat una dintre aprobări”
Dar cum de a rămas în uitare o asemenea arhivă?
Simplu. Începând din 1878, când Tocilescu a tipărit primul volum Cantemir, şi până azi, Academia Română a publicat doar 9 (nouă) volume de opere! Lui Tocilescu îi aprobase copierea manuscriselor Ţarul Alexandru al II-lea, iar mie, pentru documentele din Arhiva Ministerului de Externe, Vladimir Putin, care era pe atunci prim-ministrul Rusiei! De aceea, în semn de recunoştinţă, i-am trimis în dar această ladă care conţine primele 25 de volume apărute, într-o ediţie de lux cum rar se tipăresc în lume. Le ştii, nu cred că mă contrazici...
Dar ce manuscrise erau în Arhiva Ministerului de Externe din Rusia?
Acolo am fost surprins să găsesc „Jurnalul persan” în limba rusă şi „Manifestul lui Petru cel Mare”. Despre „Jurnalul persan”, Tocilescu credea că are doar 7 pagini, iar despre „Manifest...” credea că este „Catehismul persan”, care s-ar fi scufundat în mare!
Academia Română spune că s-au mai scanat manuscrise Cantemir.
Da, în anii ’60 s-au făcut fotocopii alb-negru după unele manuscrise, dar vă rog să le comparaţi cu ediţia aceasta, unde documentele sunt mai frumoase decât originalul! Ca să nu mai spun de numărul lor... De altfel, se ştie că Tocilescu furase, pur şi simplu, 3 fascicule, pe care le rezumăm astfel: 4 pag. din „Epistola dedicatoria” la „Sacro-sancte scientiae indepingibilis imago”, 24 de pag. din „Index Rerum Nobilium”, de la aceeaşi lucrare, şi fila 42 din „Loca Obscura”. Şi pe acestea le-am introdus în ediţia mea, reîntregind astfel „Sacro-sancte scientiae indepingibilis imago” şi „Loca Obscura”.
Constantin Barbu, coordonatorul „Integralei manuscriselor Cantemir”
Bănuiesc că nu e aşa de uşor să cauţi printr-o arhivă cum este cea a Moscovei? Ne povesteşti care a fost cea mai mare surpriză din această aventură prin hârtiile lui Cantemir?
Ştiam din sursă ştiinţifică sigură că arhiva păstrată de Serghei Cantemir, fiul cel mai mic al lui Dimitrie, compusă din 27 de pachete, a fost cumpărată la licitaţie la moartea sa şi se află într-una din arhivele Moscovei. Mergând prin arhiva de acte străvechi, conduşi de directorul acesteia (căci pe acolo nu te plimbi ca pe Unirii!), m-am trezit în faţa a 76 de lădiţe pe care scria „CANTEMIR”! Bucuria mea a fost de om smintit. Directorul ne-a adus opisul şi de la el am aflat că acesta fusese făcut între 1898 şi 1956! Ultimul care ordonase terminarea inventarului fusese Stalin, în 1935, când s-au şi adus în România osemintele lui Cantemir! Şi dacă tot veni vorba, să ne amintim că atunci sicriul lui Cantemir a fost primit pe covor roşu, cu salve de tun, fiind salutat de Guvernul ţării, iar Iorga a stat drepţi în faţa Voievodului!
Din aceste 76 de lăzi câte ai reuşit să scanezi?
Doar una! De fapt, partea rusă a scanat documentele în condiţii excepţionale. În această primă ladă este corespondenţa dintre Antioh, Maria şi Constantin Cantemir şi formează două dintre volumele actualei ediţii! Îţi dai seama cât a mai rămas de tipărit?
„În final, ediţia va avea peste 100 de volume!”
Ai o estimare a numărului total de volume al acestei ediţii Cantemir?
Probabil că, în final vor fi vreo 100 de volume, dacă nu vom mai avea şi alte surprize prin arhivele lumii. Tragedia este că pentru întocmirea acestei ediţii nu plăteşte decât Ludovic al XIV-lea, cum îi spun eu lui Paul Tudor! Cu el şi cu ceilalţi prieteni ai lui Cantemir intenţionez să aduc în ţară şi celelalte manuscrise ale Domnitorului, care se află în alte 10 ţări, în afară de România şi Rusia!
Care speri să fie impactul acestei colosale ediţii Cantemir?
Sper ca în anii viitori să se scrie cărţi şi să se dea doctorate după această ediţie, căci Cantemir, prin toată opera lui, ar putea să tragă după el toată cultura română! Ca să nu mai spun că şi politicienii noştri ar putea sta altfel de vorbă cu mai-marii lumii dacă le-ar pune pe masă o astfel de ediţie! N-ar mai avea tonul acela arogant pe care-l au acum Barroso, Viviane Reding, preşedinta Lituaniei sau chiar doamna Merkel!
Un mesaj pentru final, înainte de plecarea la Moscova?
Trebuie să ţinem minte că, în 1711, cel mai vestit ţar rus, Petru cel Mare, l-a făcut pe Dimitrie Cantemir prinţ al Imperiului rus, şi tot la fel a procedat cu toţi copiii lui, pe care Rusia i-a tratat princiar până la stingerea stirpei! Asta, în timp ce, în 1714, Constantin Brâncoveanu şi fiii săi erau umiliţi şi decapitaţi la Constantinopol de Sultanul Ahmed al III-lea, despre care se spune că ar fi trăit în „epoca lalelei”. Cantemir era cineva în vremea lui, iar ruşii l-au apreciat cum se cuvine. Nu putem să rămânem mai prejos, noi, cei care-i suntem urmaşi!

Interviu realizat de Ion Spânu



Vă rog să citiți acest text selectat de mine, în speranța că vă poate interesa. Cu prietenie, Dan Culcer
Stimate Domnule Prim-Ministru Victor Ponta,

Mă identific ca ziarist, președinte al Association des Journalistes Roumains-Ouest, cu sediul în Franța. 
Adresa mea profesională este 16, residence Les Nouveaux Horizons, 78990 Elancourt, France. Tel 33 172825560. Mail : romaniapresse@gmail.com

Mă adresez Dv în calitate de ziarist. În această calitate, din obligație profesională deci, dar desigur și în calitatea de cetățean român, urmăresc situația din România, mai ales aspectele culturale și economice.
În ultimul domeniu are loc acum o acțiune care se numește «privatizarea» OLTCHIM, prezentată ca atare în presă ca și în declarațiile de politică economică ale guvernului pe care îl conduceți.
Prezentarea situației este contradictorie. Varianta dominantă este cea pozitivă, din care reiese absoluta necesitate a acestei privatizări. Dar nu toți experții sunt de acord cu o astfel de poziție. Cred că este de datoria Dv să vă implicați și deci vă solicit expres să o faceți pentru a putea permite ziariștilor dar mai ales cetățenilor să judece în cunoștință de cauză poziția guvernului pe care l-au votat recent, rolul Dv în apărarea intereselor colective.
Punctul de vedere pe care vă solicit să îl comentați în răspunsul dv la solicitarea, la petiția mea, este al unui economist român foarte cunoscut aici, Dl Constantin Cojocaru. 
Vă mulțumesc anticipat. Cu tot binele, Dan Culcer

Iată ce scrie Constantin Cojocaru la 14 septembrie 2012.

« Constantin Cojocaru.
Iată că am, din nou, dreptate. Scopul tuturor partidelor care s-au rotit la conducerea statului român, după lovitura de stat din decembrie 1989, a fost unul singur: jefuirea avuţiei acumulate de poporul român în timpul regimului comunist, îmbogăţirea lor prin acapararea unei părţi cât mai mari din această avuţie, vânzarea, pe nimic, a restului avuţiei către străini, pentru a obţine sprijinul acestora să ajungă şi să se menţină la conducerea statului, ca să jefuiască, mereu, poporul român, în cârdăşie cu străinii.
În timp ce ne serveau circul cu suspendarea şi referendumul pentru demiterea preşedintelui, guvernanţii U.S.L. pregăteau, cu profesionalism şi sânge rece, executarea programului conceput de Băsescu şi P.D.L. pentru vânzarea a ceea ce a mai rămas din capitalul de care a fost deposedat poporul român prin Legea 15/1990. Dacă vor fi lăsaţi, vor vinde tot ce a mai rămas din ţară.
De câteva zile, asistăm la ultima fază a crimei numită „privatizarea OLTCHIM“, una din zecile de mii de fabrici şi uzine construite de români în timpul regimului comunist, la timpul punerii în funcţiune, aceasta fiind dotată cu utilaje şi echipamente la cel mai înalt nivel al tehnicii mondiale (la fel a fost situaţia – atât referitor la crimă, cât şi „la cel mai înalt nivel al tehnicii mondiale“ – şi în cazurile COMTIM, SIDEX, SIDERCA etc. – nota red.). În primul rând, nu este vorba de nici o „privatizare“. Nu este vorba de trecerea unui bun din proprietate PUBLICĂ în proprietate PRIVATĂ, adică de privatizare. În acest moment, capitalul OLTCHIM este PRIVAT 100 la sută. 54 la sută din capital se află în proprietatea PRIVATĂ a statului român, restul, de 46 la sută, se află în proprietatea PRIVATĂ a altor persoane fizice şi juridice, în cea mai mare parte, străini. Dacă cele 54 procente s-ar afla în proprietatea publică a statului român, ele nu ar putea fi vândute. Guvernanţii folosesc cuvântul de „privatizare“ pentru a ascunde faptul că ei VÂND o uzină pe care ei au furat-o de la cetăţenii României prin Legea 15/1990 (Legea Brucan). Pentru a ascunde faptul că ei vând ţara.
Aşa cum au procedat cu toată industria românească, guvernanţii au adus OLTCHIM-ul în stare de faliment, astfel încât să poată fi vândut pe nimic, apoi, închis, demolat, vândut ca fier vechi, la preţ de sute de ori mai mare decât cel încasat de stat, la „privatizare“. La această crimă, au participat toate guvernele postdecembriste. Guvernul Văcăroiu a inclus ARPECHIM-ul piteştean în capitalul PETROM-ului, deși combinatul piteştean era legat ombilical, fizic, de OLTCHIM, prin conductele care îi livrează materia primă. Normal, PETROM-ul s-a vândut cu ARPECHIM cu tot, astfel că viaţa OTLCHIM-ului, ca şi a miilor de salariaţi ai săi, ca şi ai altor câteva zeci de unităţi din amontele şi avalul OLTCHIM-ului a ajuns la cheremul OMV, firma austriacă devenită stăpână pe perla industriei româneşti, pe care a cumpărat-o, de la guvernul Năstase, cu un preţ de zeci de ori mai mic decât valoarea reală a PETROM-ului. A venit, apoi, rândul guvernului Tăriceanu să reducă valoarea capitalului social, astfel încât firma străină PPC să obţină 20 la sută din capitalul OLTCHIM, deşi nu a plătit decât o sumă care îi dădea dreptul la nu mai mult de 2 la sută din capital.
Aşa cum era de aşteptat, OMV a închis ARPECHIM-ul, a tăiat, astfel sursa de aprovizionare cu materie primă a OLTCHIM-ului, obligând-o, pe acesta, să se aproviziopneze din alte surse, dar la costuri mult mai mari. A venit, ca peste tot, rândul administratorilor, care au înţeles că, în final, trebuie să se aleagă şi ei cu ceva, astfel că au „externalizat“ o bună parte din activele societăţii, la „oameni de încredere“, ceea ce a însemnat şi externalizarea profiturilor, adică reducerea veniturilor OLTCHIM-ului.
Aşa a ajuns OLTCHIM să înregistreze datorii de sute de milioane de euro, să nu mai poată plăti salariile şi facturile furnizorilor.
Tot ca de obicei, adică aşa cum au procedat cu zecile de mii de întreprideri pe care le-au vândut pe nimic, în cea mai mare parte străinilor, guvernanţii mint poporul, nu numai cu televizorul, că nu există altă soluție decât „privatizarea“, adică vânzarea celor 54 procente deţinute de stat în capitalul societăţii, că numai astfel va veni un „investitor strategic“, evident străin, care se va obliga, prin „contractul de privatizare“, să păstreze locurile de muncă, să plătească salariile şi datoriile, să asigure capitalul de lucru pentru societate. O minciună criminală, dovedită de miile de „contracte de  privatizare“ anterioare, călcate în picioare de „investitorii strategici“, care au închis fabricile şi uzinele, le-au demolat, le-au vândut ca fier vechi, au luat banii şi au plecat, au distrus, astfel, peste 4 milioane de locuri de muncă.
OLTCHIM este o unitate economică VIABILĂ. Ea fabrică produse care SE CER pe piaţa românească, pe cea europeană şi extraeuropeană. Cu administratori competenţi şi responsabili, ea fabrică produsele sale la costuri cu mult mai mici decât preţurile cu care le vinde pe piaţă, putând să asigure salarii decente la mii de români. O demonstrează cele patru decenii de existenţă. Ea a fost adusă în stare de faliment nu de factori interni, nu de piaţă, ci de deciziile iresponsabile ale proprietarului nelegitim care este statul român, guvernanţii ţării.
Pentru OLTCHIM există o SOLUŢIE. Aceasta constă în adoptarea şi aplicarea imediată a Legii Cojocaru. Cu cei 20.000 de euro de fiecare, cei 10.000 de salariaţi de la OLTCHIM, de la furnizorii şi clienţii acestuia, plus rudele acestora, s-ar strânge, repede, peste 200 milioane de euro, capital de lucru, printr-o primă majorare de capital, urmată de alte subscripţii, de la cetăţeni din toată ţara, prin care să fie cumpărate şi acţiunile deţinute de statul român, ca şi cele provenite din conversia creanţelor AVAS şi ale celorlalţi creditori cu capital de stat. Inclusiv, cumpărarea ARPECHIM-ului de la OMV.
Victor Ponta are de ales. Ori anulează licitaţia din 18.09.2012 pentru vânzarea celor 54 procente deţinute de statul român la OLTCHIM şi, concomitent, introduce Legea Cojocaru în Parlament, pentru a fi adoptată în regim de urgenţă, ori devine complice la crima numită „privatizarea“ OLTCHIM. Nu va putea să spună NU AM ŞTIUT.
Constantin Cojocaru. 
14 septembrie 2012


Crima numită „privatizarea“ Oltchim

Constantin Cojocaru
Iată că am, din nou, dreptate. Scopul tuturor partidelor care s-au rotit la conducerea statului român, după lovitura de stat din decembrie 1989, a fost unul singur: jefuirea avuţiei acumulate de poporul român în timpul regimului comunist, îmbogăţirea lor prin acapararea unei părţi cât mai mari din această avuţie, vânzarea, pe nimic, a restului avuţiei către străini, pentru a obţine sprijinul acestora să ajungă şi să se menţină la conducerea statului, ca să jefuiască, mereu, poporul român, în cârdăşie cu străinii.
În timp ce ne serveau circul cu suspendarea şi referendumul pentru demiterea preşedintelui, guvernanţii U.S.L. pregăteau, cu profesionalism şi sânge rece, executarea programului conceput de Băsescu şi P.D.L. pentru vânzarea a ceea ce a mai rămas din capitalul de care a fost deposedat poporul român prin Legea 15/1990. Dacă vor fi lăsaţi, vor vinde tot ce a mai rămas din ţară.
De câteva zile, asistăm la ultima fază a crimei numită „privatizarea OLTCHIM“, una din zecile de mii de fabrici şi uzine construite de români în timpul regimului comunist, la timpul punerii în funcţiune, aceasta fiind dotată cu utilaje şi echipamente la cel mai înalt nivel al tehnicii mondiale (la fel a fost situaţia – atât referitor la crimă, cât şi „la cel mai înalt nivel al tehnicii mondiale“ – şi în cazurile COMTIM, SIDEX, SIDERCA etc. – nota red.). În primul rând, nu este vorba de nici o „privatizare“. Nu este vorba de trecerea unui bun din proprietate PUBLICĂ în proprietate PRIVATĂ, adică de privatizare. În acest moment, capitalul OLTCHIM este PRIVAT 100 la sută. 54 la sută din capital se află în proprietatea PRIVATĂ a statului român, restul, de 46 la sută, se află în proprietatea PRIVATĂ a altor persoane fizice şi juridice, în cea mai mare parte, străini. Dacă cele 54 procente s-ar afla în proprietatea publică a statului român, ele nu ar putea fi vândute. Guvernanţii folosesc cuvântul de „privatizare“ pentru a ascunde faptul că ei VÂND o uzină pe care ei au furat-o de la cetăţenii României prin Legea 15/1990 (Legea Brucan). Pentru a ascunde faptul că ei vând ţara.
Aşa cum au procedat cu toată industria românească, guvernanţii au adus OLTCHIM-ul în stare de faliment, astfel încât să poată fi vândut pe nimic, apoi, închis, demolat, vândut ca fier vechi, la preţ de sute de ori mai mare decât cel încasat de stat, la „privatizare“. La această crimă, au participat toate guvernele postdecembriste. Guvernul Văcăroiu a inclus ARPECHIM-ul piteştean în capitalul PETROM-ului, deşi combinatul piteştean era legat ombilical, fizic, de OLTCHIM, prin conductele care îi livrează materia primă. Normal, PETROM-ul s-a vândut cu ARPECHIM cu tot, astfel că viaţa OTLCHIM-ului, ca şi a miilor de salariaţi ai săi, ca şi ai altor câteva zeci de unităţi din amontele şi avalul OLTCHIM-ului a ajuns la cheremul OMV, firma austriacă devenită stăpână pe perla industriei româneşti, pe care a cumpărat-o, de la guvernul Năstase, cu un preţ de zeci de ori mai mic decât valoarea reală a PETROM-ului. A venit, apoi, rândul guvernului Tăriceanu să reducă valoarea capitalului social, astfel încât firma străină PPC să obţină 20 la sută din capitalul OLTCHIM, deşi nu a plătit decât o sumă care îi dădea dreptul la nu mai mult de 2 la sută din capital.
Aşa cum era de aşteptat, OMV a închis ARPECHIM-ul, a tăiat, astfel sursa de aprovizionare cu materie primă a OLTCHIM-ului, obligând-o, pe acesta, să se aproviziopneze din alte surse, dar la costuri mult mai mari. A venit, ca peste tot, rândul administratorilor, care au înţeles că, în final, trebuie să se aleagă şi ei cu ceva, astfel că au „externalizat“ o bună parte din activele societăţii, la „oameni de încredere“, ceea ce a însemnat şi externalizarea profiturilor, adică reducerea veniturilor OLTCHIM-ului.
Aşa a ajuns OLTCHIM să înregistreze datorii de sute de milioane de euro, să nu mai poată plăti salariile şi facturile furnizorilor.
Tot ca de obicei, adică aşa cum au procedat cu zecile de mii de întreprideri pe care le-au vândut pe nimic, în cea mai mare parte străinilor, guvernanţii mint poporul, nu numai cu televizorul, că nu există altă soluţie decât „privatizarea“, adică vânzarea celor 54 procente deţinute de stat în capitalul societăţii, că numai astfel va veni un „investitor strategic“, evident străin, care se va obliga, prin „contractul de privatizare“, să păstreze locurile de muncă, să plătească salariile şi datoriile, să asigure capitalul de lucru pentru societate. O minciună criminală, dovedită de miile de „contracte de  privatizare“ anterioare, călcate în picioare de „investitorii strategici“, care au închis fabricile şi uzinele, le-au demolat, le-au vândut ca fier vechi, au luat banii şi au plecat, au distrus, astfel, peste 4 milioane de locuri de muncă.
OLTCHIM este o unitate economică VIABILĂ. Ea fabrică produse care SE CER pe piaţa românească, pe cea europeană şi extraeuropeană. Cu administratori competenţi şi responsabili, ea fabrică produsele sale la costuri cu mult mai mici decât preţurile cu care le vinde pe piaţă, putând să asigure salarii decente la mii de români. O demonstrează cele patru decenii de existenţă. Ea a fost adusă în stare de faliment nu de factori interni, nu de piaţă, ci de deciziile iresponsabile ale proprietarului nelegitim care este statul român, guvernanţii ţării.
Pentru OLTCHIM există o SOLUŢIE. Aceasta constă în adoptarea şi aplicarea imediată a Legii Cojocaru. Cu cei 20.000 de euro de fiecare, cei 10.000 de salariaţi de la OLTCHIM, de la furnizorii şi clienţii acestuia, plus rudele acestora, s-ar strânge, repede, peste 200 milioane de euro, capital de lucru, printr-o primă majorare de capital, urmată de alte subscripţii, de la cetăţeni din toată ţara, prin care să fie cumpărate şi acţiunile deţinute de statul român, ca şi cele provenite din conversia creanţelor AVAS şi ale celorlalţi creditori cu capital de stat. Inclusiv, cumpărarea ARPECHIM-ului de la OMV.
Victor Ponta are de ales. Ori anulează licitaţia din 18.09.2012 pentru vânzarea celor 54 procente deţinute de statul român la OLTCHIM şi, concomitent, introduce Legea Cojocaru în Parlament, pentru a fi adoptată în regim de urgenţă, ori devine complice la crima numită „privatizarea“ OLTCHIM. Nu va putea să spună NU AM ŞTIUT.
14 septembrie 2012
Sursa: http://www.variantacojocaru.ro/



Vă rog să citiți acest text selectat de mine, în speranța că vă poate interesa. Cu prietenie, Dan Culcer

joi, 27 septembrie 2012

Arhiva comică a Securităţii

Răsfoirea dosarelor de la CNSAS poate provoca, uneori, şi hohote de râs.
Cercetătorii arhivelor Securităţii ajung să se întâlnească, fără să vrea, şi cu aspectele comice ale acestei tragedii care a însemnat controlul şi amestecul Securităţii în viaţa publică şi privată a cetăţenilor României.
Carmen Chivu şi Mihai Albu, cercetători acreditaţi pe lângă CNSAS, au publicat recent o nouă lucrare dedicată Securităţii comuniste.
Umorul, ca infracţiune
O cu totul altă categorie de umor, extrem de bine documentată în arhivele Securităţii, este cea a bancurilor politice.
În anii '50, o anecdotă, un calambur, o vorbă cu două sensuri, putea să ghilotineze un cap, să curme o carieră.
Profesorul de economie Belu Zilber, un comunist ilegalist, avea mintea-brici şi gura cam slobodă. N-a dat atenţie cine-l asculta atunci când a spus că:
"Clasa muncitoare nu mai are răbdare până ce tovarăşul Gheorghe-Dej îşi va da bacalaureatul la seral."
Pentru această glumă nesăbuită, Belu Zilber a petrecut 17 ani în închisoare.
Desigur, nu orice anecdotă "duşmănoasă" interceptată de urechile vigilente ale securităţii se solda neapărat cu o condamnare. Dar era, obligatoriu, notarea cu meticulozitate la dosar.
Românii erau conştienţi de asta. Cu atât mai mult bancurile politice deveniseră un risc asumat şi un gest de frondă. Nu au întârziat să apară glume şi pe această temă. Consemnate, evident, în arhivele Securităţii. Iată un exemplu:
" În Statele Unite, capitaliştii, ca să nu se plictisească, se distrau făcând concursuri speciale de viteză: 10 maşini iau startul, una din ele are frâna defectă dar nimeni nu ştie care.
În Anglia, zece oameni joacă ruleta rusească, toţi duc revolverele la tâmplă şi trag,dar numai un singur pistol are glonţ pe ţeavă şi nimeni nu ştie care.
În România, zece inşi spun bancuri politice, unul dintre ei e turnător dar nimeni nu ştie care."
Nici măcar în perioada "deschiderii" din anii '70, Securitatea nu a renunţat la obiceiul de a consemna, conştiincios, infracţiunile prin umor. Turnătorii rămăseseră la fel de zeloşi. Unul informa că un amic obişnuieşte să spună:
"Pământul este al aceluia care îl munceşte-dar recolta nu!"
Altul pâra o colegă de cancelarie, care ar fi spus, în septembrie 1975:
"Va trebui să învăţăm să înotăm pe spate fiindcă, dacă vin alte inundaţii, vom fi nevoiţi să facem pluta, iar cu mâinile să aplaudăm elicopterul prezidenţial".
Tot o profesoară face obiectul unui alt denunţ:
"Permiteţi-mi să raportez, în legătură cu glumele tendenţioase, profesoara M.A. mai scapă din când în când câte o astfel de glumă. În ziua de 22.10.1976 i-a explicat profesorului de muzică: Cum cântă un surdo-mut melodia M-am născut în România: îşi dă cu pumnii în cap".
Într-un alt document de arhivă citim:
"S. informează că A. i-a recitat lui N. (care a râs) versurile:
Aş citi, dar n-am lumină
Aş pleca, dar n-am benzină
Aş mânca, dar n-am mâncare
Aş muri, n-am lumânare."
Bancuri la dosar
Bancurile erau vânate cu străşnicie de oamenii Securităţii. Informatorii le comunicau, solicitând în prealabil iertarea organului competent. Dar erau ascultate şi colportate chiar de securişti, între ei. Comedianul Mircea Crişan, după ce a rămas în străinătate, era ascultat la "Europa Liberă" şi bancurile lui erau imprimate de serviciile tehnice ale Securităţii. L-am întrebat, odată, pe Mircea Crişan dacă nu se teme de braţul lung al Securităţii. Mi-a răspuns zâmbind:
"Nu fi prost,securiştii mă apără să nu mi se întâmple nimic rău, ei râd primii, li se pare că e vorba de şefii lor. Şi sunt satisfăcuţi"
Înaintea unor alegeri, Mircea Crişan a lansat bancul:
"Gata tovarăşi,acum avem dreptul de a vorbi,nu e ca pe vremea burghezo-moşierimii când toţi se căcau în capul nostru. Acum avem gură".
Spus la Europa Liberă, bancul a început să circule a doua zi în România. Sau bancul cu Elena Ceauşescu care îi spune într-o zi marelui cârmaci:
"Maiestate".
Ceauşescu,încurcat, îi zice:
"Ei, lasă,Leano,nici chiar aşa."
Savanta îi răspunde:
"Am vrut să întreb dacă mai e state pe care nu le-am vizitat?"
Informările au curs o droaie.
Arhivele Securităţii memorează sute şi mii de bancuri. Iată doar câteva:
Întrebat cu cine semănăm noi, comuniştii, un ţigan răspunde:
"Cu Adam şi Eva, pentru că şi ei umblau dezbrăcaţi.
Şi cu Cain şi Abel, pentru că şi ei, deşi fraţi, s-au omorât între ei.
Şi cu cei trei crai de la Răsărit, care au mers după stea şi au ajuns la iesle"

"Un internat în Azilul de nebuni e întrebat:
- Dumneata de ce eşti internat?
- Am vrut să fug peste hotare.
- Pentru aşa ceva se stă la închisoare, nu la balamuc.
- Da, dar eu am vrut să fug în Uniunea Sovietică.

"- Tovarăşe, de ce ai propus la şedinţa de partid să fim ocupaţi de chinezi?
- Să vă spun sincer? Vă daţi seama cum e, ca să ajungă la noi câteva miliarde de chinezi mărşăluind peste Uniunea Sovietică?

"Un cetăţean a spus că şeful Partidului este un mare idiot. Pentru aceasta a fost imediat arestat şi condamnat la 25 de ani şi trei luni de închisoare. Toată lumea se întreba de ce a fost condamnat la 25 de ani şi trei luni. S-a aflat că a primit trei luni pentru insulta adusă unui cetăţean al R.S.R. şi 25 de ani pentru divulgarea secretului de stat.

"Hruşciov şi Kennedy stau pe malul mării şi fac plajă. Hruşciov citea"Capitalul"lui Karl Marx, iar Kennedy, Biblia. La un moment dat Hruşciov începe să râdă. Kennedy vrea să ştie de ce râde şi Hruşciov îi arată ce scrie în carte: Socialismul este groparul capitalismului. După puţin timp începe să râdă Kennedy. Întrebat de Hruşciov de ce râde, acesta îi arată ce e scris în Biblie: Cine sapă groapa altuia cade el însuşi în ea.

"Nicolae Ceauşescu în vizită la Căminul Studenţesc.
Studenţii, nemulţumiţi de cantină, cer să li se mărească îndemnizaţia.
Se aprobă creşterea de la 10 lei la 12 lei pe zi.
Urmează vizita la o puşcărie, unde deţinuţii sunt şi ei nemulţumiţi.
Se aprobă creşterea îndemnizaţiei de la 5 lei la 50 de lei.
Ion Gheorghe Maurer e revoltat şi cere explicaţii.
Atunci Ceauşescu îi zice:
- Taci mă, nu fi prost, că noi studenţi nu mai ajungem."

- Bulă, ce face tatăl tău?
- E activist de partid.
- Şi mama?
- Nici ea nu munceşte."
Aceste anecdote şi multe, multe altele, au fost atent culese şi îndosariate de harnicii slujbaşi ai poliţiei politice. Nu pentru hazul lor, ci pentru potenţialul incriminator. Cei care le "raportau" aveau întotdeauna grijă să se "distanţeze" de asemenea atitudini “neprincipiale" şi să îşi arate limpede dezaprobarea. Tonul scorţos şi impersonal al notelor informative nu face decât să sporească efectul comic:
"Tot S. informează că acelaşi A. a povestit despre:
Înmânarea tovarăşei Elena Ceauşescu a Premiului pentru cea mai bună agricultoare. Pentru că a arat o ţară întreagă cu un singur bou".
Reclame din perioada ailaltă
Vreţi să cuceriţi femeia, Folosiţi săpunul Cheia.
Moarte sigură cu cobra, Dar mai sigură cu Mobra.
Cu motoreta Carpaţi, Staţi în cur şi reparaţi
Nu mai fumaţi ţigări Kent , Că vă lasă impotent.
Vreţi să deveniţi bărbaţi, Fumaţi doar ţigări Carpaţi.
Sifilisul de Constanţa, Face tenul ca faianţa.
Până şi-mpăratul Nero ,Se spăla la cur cu Dero.
Pasta de dinţi Cristal, Face dinţii ca de cal.
Aquafresh în trei culori, Cariază de trei ori.
Dacă bei ţuică de prună, Orice babă-ţi pare bună.
Mâncaţi coji de mere verzi, Şi-o s-ajungeţi somalezi.
Sutien de Cluj-Napoca, Face ţâţa ca şi roca.








Vă rog să citiți acest text selectat de mine, în speranța că vă poate interesa. Cu prietenie, Dan Culcer
Alternative Santé, la newsletter du jeudi

Bonjour,

Je connais bien Bernard Christophe. C'est un type plein d'énergie qui est capable de rire de tout, même lorsqu'il a les pires ennuis.  Ce pharmacien de 63 ans (non-inscrit à l'Ordre), installé en Alsace depuis de longues années, est un passionné d'herboristerie et de médecine alternative.
Quand il vient me voir à Paris, je sais que nous en aurons pour plusieurs heures tant il est exalté. Son sujet de prédilection : la maladie de Lyme et plus précisément, les borrélies qui en sont la cause. Cela fait quinze ans qu'il étudie ces bactéries. Quinze ans qu'il se bat pour qu'on prenne la mesure des problèmes de santé qu'elles sont capables de créer. Et cela fait quinze ans que l'establishement médical veut sa peau.
Les borrélies sont des parasites qui infectent généralement les tiques et les puces. Il en existe au moins une cinquantaine d'espèces différentes. Bernard Christophe les connaît mieux que personne et il en parle avec un certain respect tant ces petites bestioles font preuve d'une infatiguable volonté de survivre à toutes sortes d'agressions.
Elles peuvent changer de forme, de s'endormir pendant de longues années cachées au coeur d'une cellule, de constituer une protection contre les antibiotiques, de sécréter une protéine et s'en enduire pour échapper à la surveillance des globules blancs... Et surtout, ces borrélies sont capables d'infecter l'homme. 
Bernard Christophe ira peut-être en prison pour s'être trop intéressé à la maladie de Lyme.Pourquoi ? D'abord par ce que c'est une grande gueule. Voilà des années qu'il écrit partout (au Président, aux ministres, aux députés...) des lettres virulentes, des années qu'il s'active pour faire entendre son cri d'alarme :
  • la maladie de Lyme est beaucoup plus répandue que ce que l'ont croit,
  • elle serait transmissible par les transfusions sanguines,
  • elle est la cause de nombreuses maladies dont on ne comprend pas l'apparition,
  • les tests officiels employés pour la détecter sont inadaptés...
Résultat : toutes ces démarches n'ont servi qu'à une chose, le désigner comme l'homme qu'il faut faire taire.
Mais Bernard Christophe a fait pire. Il a aussi mis au point un mélange d'huiles essentielles, baptisé Tic Tox avec lequel il obtient de nombreuses guérisons, il a aussi l'audace de proposer un autre test de dépistage plus pertinent que le test "Elisa" de Bio Mérieux que l'on prescrit en général... et ça, pour la médecine officielle, c'est mal !
Cette newsletter est donc entièrement consacrée à la maladie de Lyme et au procès qu'on fait à un homme intègre.
Bonne lecture
A jeudi prochain
Alexandre Imbert

    Alexandre Imbert

AU SOMMAIRE DE CETTE NEWSLETTER :
- Le procès d'un chercheur intègrepar Clément Pierre
- Un parasite plus futé que les médecinspar Dominique Vialard
            

- Pour être assuré de recevoir, chaque jeudi, la newsletter "Alternative Santé" suivez ce lien
-----------------------------------------------------------------------------------

UN CHERCHEUR INTÈGRE QUI RISQUE LA PRISON
C'était le 19 septembre dernier, face au tribunal correctionnel de Strasbourg, deux prévenus, Bernard Christophe, pharmacien et Viviane Schaller, ancienne gérante d'un laboratoire d’analyse strasbourgeois spécialisé dans le diagnostic de la maladie de Lyme. Tous deux sont passibles d’un an de prison avec sursis et de 30 000 euros d’amende. Le tribunal a mis sa décision en délibéré au 28 septembre après plus de 5 heures de débats techniques.
Devant les juges, Bernard Christophe et Viviane Schaller ont tenté d'expliquer, sans s'énerver, ce qu'est la maladie de Lyme et pourquoi elle menace de créer un problème de santé publique. Ils ont démontré que le test qu'ils recommandent était homologué par les autorités santitaires de nombreux pays touchés par la maladie. Ils ont prouvé aussi que les test actuels (Elisa et Western Blot) ne permettaient pas d'obtenir des résultats de qualité. Bernard Christophe a également détaillé la composition du mélange d'huiles essentielles qu'il a mis au point pour lutter contre la maladie, et démontré son inocuité.
Face à eux, la représentante du parquet, Lydia Pflug, qui n'a pas mâché ses mots : « La tique est un créneau porteur pour deux mégalos » qui ont commis des actes illégaux « en toute conscience, sous couvert d’une pseudo-motivation humanitaire (...) pour faire prospérer leurs petites affaires ».
Ce nouvel épisode judiciaire vient à la suite de décisions administratives visant à décourager les deux récalcitrants. Pour Bernard Christophe, c'est le laboratoire Nutrivital qu'il a créé qui a dû fermer ses portes. Viviane Schaller elle, a dû mettre fin à l'activité du laboratoire d'analyses médicales qu'elle gérait à Strasbourg.
Dans quelques jours, nous saurons si l'un et l'autre ont été broyés par le système. Près de 15 000 personnes ont signé une pétition à l’appel de l’association Lyme sans frontière, soutenant les voies alternatives dans le diagnostic et le traitement de la maladie de Lyme. Cela suffira-t-il à convaincre les juges ?
Clément Pierre
Pour être assuré de recevoir, chaque jeudi, la newsletter "Alternative Santé" suivez ce lien
--------------------------------------------------------------------------------------------
MALADIE DE LYME : L'ÉPIDÉMIE SILENCIEUSE
Cette maladie tire son nom d’un petit village du Connecticut où ont été identifiés les premiers cas au milieu des années 70. Pour la petite histoire, il y avait à l’époque tout près de ce village un laboratoire de recherches bactériologiques de l’armée américaine… Depuis il a été fermé.Faut-il y voir un lien de cause à effet ? On ne le saura sans doute jamais. Toujours est-il que cette maladie transmise par les tiques portées par des animaux sauvages, daims et chevreuils entre autres, a progressé de manière fulgurante aux Etats-Unis. Elle s'étend désormais en Europe et en Australie de façon alarmante.
Arte diffuse un documentaire affligeant
Alors faut-il avoir peur de la maladie de Lyme ? Surtout pas : « Les tiques ont beau ressembler à des monstres, la médecine moderne a la maladie de Lyme sous contrôle ». Telle est la conclusion sans appel d’un documentaire diffusé le 3 mai dernier sur Arte ! Pendant 50 minutes, ses auteurs ont tenté de répondre à la question : « danger réel ou imaginaire ? ». Ils ont donc tranché, allègrement. Pas de panique : la maladie, disent-ils, est bien connue, bien traitée. Ceux qui prétendent le contraire seraient des mystificateurs, des charlatans et des imposteurs ! Ou dans le meilleur des cas des « experts autoproclamés » dont les théories scientifiques « ne sont pas défendables ».  
Moi, après avoir vu ce documentaire foutraque, je vous le dis : il y a vraiment de quoi s’inquiéter !
Des charlatans, et des caisses noires… 
L’Allemagne, où cette enquête a été menée, est un laboratoire avancé pour étudier le phénomène. Avec plus d' un million de malades traités en 2010 selon la sécurité sociale allemande, c’est le pays le plus touché en Europe après l’Autriche. Et outre-Rhin, la maladie de Lyme fait l’objet d’un vrai business. Avec ses charlatans, sûrement, et ses profiteurs. Comme l’industrie pharmaceutique qui, selon la responsable de la Fédération Allemande de la Borréliose s’engraisserait à coups d’antibiotiques sur le dos des malades. Selon cette femme très combattive qui a connu le calvaire de la maladie, il y aurait même dans ce pays « une cagnotte » de l’industrie pharmaceutique qui rétribuerait médecins et experts pour « continuer à minimiser la maladie de Lyme ». L’intérêt de ces grandes manœuvres ? Soutenir le business de tests diagnostiques réputés peu fiables et d’antibiothérapies coûteuses prescrites à tout va. 
Plus de 3 millions de malades ?
Comparée à Allemagne, où cette maladie infectieuse transmise par les tiques fait des ravages, la France serait, selon les autorités sanitaires, un Eden. Il n’y aurait dans notre pays que 12 000 à 15 000 nouveaux cas par an selon les estimations officielles. L'Institut national de veille sanitaire (INVS) dénombre pour sa part 5 500 cas déclarés. C'est tout ! Et encore, certains médecins vous diront qu’on exagère, comme en Allemagne, qu’on fabrique une maladie chronique qui plonge nombre de personnes dans la peur « à partir d’une maladie facilement identifiable ». 
Pourtant, selon le Pr Christian Perrone, chef du service des maladies infectieuses de l’Hôpital Raymond-Poincaré de Garches, qui l’étudie depuis de longues années, plus de 5% des populations, au minimum, seraient touchés, soit, en France, plus de 3 millions de personnes. 
Plus qu’une maladie, un calvaire !
À part dans l’Est de la France, où la maladie est endémique, les médecins connaissent très peu la maladie de Lyme, sinon pas du tout. Ceux qui l'ont voient souvent 3 ou 4 médecins avant qu'enfin, on évoque Lyme. On fait des tests, on ne trouve rien et un jour ou l'autre, on finit par se retrouver chez le psychiatre avec des antidépresseurs… entrant ainsi dans une spirale infernale dont on sort rarement indemne. C’est un peu l’histoire de la syphilis, qui autrefois était considérée comme une maladie mentale, avant qu’on ne découvre qu’elle était due à une bactérie. Et le parallèle n’est pas gratuit : la bactérie de la syphilis appartient à la même famille des spirochètes que les borrélies de la maladie de Lyme.
Des bactéries organisées et intelligentes…
Les borrélies, dont on connaît bien maintenant les nombreuses sous-espèces, sont des bactéries d’un genre très particulier. Ce sont des spirochètes, qui se caractérisent par une forme spiralée. Grâce à cette configuration, et à leurs capacités motrices bidirectionnelles, elles sont capables de déjouer toutes les stratégies du système immunitaire. Elles sont capables de prendre une forme particulière, dite « forme L » : une stratégie redoutable propre aux bactéries les plus intelligentes qui leur permet de se cacher dans des kystes sphériques dans tous les tissus et tous les organes. De cette manière, elles échappent aux antibiotiques et aux globules blancs.
A partir de l’intestin de la tique qui suce le sang humain, les borrélies remontent dans son système digestif puis s’insinuent dans le derme, entre les cellules de peau et les fibres de collagène. Elles provoquent des dégâts sur la peau (dermo-borréliose), s’en prennent très rapidement aux articulations (arthrite de Lyme), en particulier du genou, aux nerfs (neuro-borréliose) et peuvent même atteindre le cerveau et en dernier ressort le cœur.
Les symptômes : plus qu’un inventaire à la Prévert
La maladie évolue classiquement en trois phases, mais ce n’est pas toujours aussi évident. Une phase peut manquer ou passer inaperçue. Et les différents symptômes  - certains experts allemands en répertorient jusqu’à 160 ! -  peuvent parfois se mélanger, sans qu’il y ait de symptômes spécifiques qui permettraient de reconnaître immédiatement la maladie. Ce qui rend le tableau clinique de cette infection multiforme complexe, et le diagnostic difficile. 
La phase primaire se caractérise par la survenue d’un érythème (rougeur) cuisant, grossièrement circulaire et centré sur la piqûre de la tique. Mais il peut aussi ne pas apparaître, cela dépend de l’espèce de borrélie (c’est toutefois le plus souvent le cas en Europe). Il survient de 3 à 30 jours après la piqûre. Puis, dans la 2ème semaine de son apparition, il pâlit en son centre et disparaît en quelques jours voire quelques semaines. Cette phase s’accompagne souvent d’un état fébrile avec frissons, courbatures, douleurs articulaires, ou maux de tête.
La phase secondaire correspond à la dissémination de la bactérie dans l’ensemble du corps. Elle débute quelques semaines à quelques mois plus tard. Les symptômes observables ici sont : 
  • Des signes cutanés : souvent semblables à l’érythème chronique de la phase primaire, sous forme de nodule situé au niveau d’une pavillon d’une oreille ou d’un mamelon. 
  • Des signes neurologiques : méningites, névrites (inflammation des nerfs) souvent très douloureuses avec des maux de tête et une sensibilité cutanée exacerbée.
  • Des signes rhumatologiques : atteintes de plusieurs articulations, dont souvent le genou, qui deviennent enflées, chaudes, rouges et douloureuses. Ce rhumatisme évolue par poussées espacées de périodes de rémission d’environ un mois.
La phase tertiaire, tardive, survient des mois, voire des années après l’infection. Elle se remarque par : 
  • Des manifestations neurologiques et lésions démyélinisantes proches de la sclérose en plaques.
  • Des signes rhumatologiques proches de ceux de la polyarthrite rhumatoïde.
  • Des signes dermatologiques : plaques violacées évoluant vers la sclérose associée à des arthrites et des neuropathies.
Un diagnostic difficile, des analyses trompeuses
Le diagnostic de la maladie n’est pas aisé, aussi bien à cause de sa mauvaise connaissance tant par les malades que par les médecins, mais aussi en raison des très nombreux aspects qu’elle peut présenter. On a vite fait de diagnostiquer une mononucléose ou une fibromyalgie, et ce ne sont que deux exemples, là où plus probablement se cache une borréliose. Et ce qui ne facilite pas les choses, c’est que beaucoup de malades ne se souviennent d’aucune piqûre de tique, ce qui rend le diagnostic encore plus difficile. Il est d’ailleurs très probable que la maladie soit transmise par d’autres voies que la piqûre de tique comme la transfusion sanguine, la grossesse, et l’on suspecte aussi les piqûres de moustiques, d’araignée et même d’aoutats…
Quand les tests de dépistage ne tiennent compte que des souches américaines
Dans tous les cas, votre médecin demandera des analyses de sang : ce sera surtout la sérologie de Lyme (test ELISA et Western Blot) qui recherchera les anticorps contre la Borrelia burgdorferi (avec dosage des IgG et des IgM) qui permettra le diagnostic lorsqu’il est positif. Mais il existe un nombre important de faux négatifs, ne serait-ce que parce que la Borrelia burgdorferi, si elle est dominante aux Etats-Unis où la maladie fait aussi des ravages, est plutôt minoritaire en Europe. Chez nous, on retrouve plus souvent Borrelia afzelii, bactérie dermatrope (qui cible la peau) et Borrelia garinii neurotrope…
C’est ainsi qu’on estime qu’il y aurait de 30 à 55% de faux négatifs à la maladie. Ainsi, une sérologie positive est un élément affirmatif, mais une sérologie négative ne peut pas permettre d’éliminer formellement une maladie de Lyme.
Les antibiotiques : nécessaires mais pas suffisants
Le traitement classique de la maladie de Lyme consiste en une antibiothérapie (les médecins allemands ont raison) puisque la maladie est due à une bactérie. La durée du traitement (21 à 30 jours généralement, jusqu’à 2 mois) et les doses (souvent moyennes ou fortes) dépendent de l’ancienneté et de la gravité de la maladie. Le traitement antibiotique sera d’autant plus efficace qu’il est précoce. Ce traitement ne parvient cependant pas à guérir tous les cas de maladie de Lyme, surtout lorsqu’elle est diagnostiquée tardivement. Car la bactérie demeure souvent tapie dans des sites difficilement accessibles aux antibiotiques, comme les hématies, les lymphocytes, ou des points enkystés… Et elle pourra ressurgir ultérieurement et provoquer de nouvelles pathologies semblables à celles évoquées dans la phase tertiaire.
L’affaire du Tic Tox : quand les médecines alternatives dérangent
Face à une médecine conventionnelle relativement peu efficace, et face à une prévalence, en France, largement sous-estimée, les traitements naturels, une fois n’est pas coutume, sont largement plébiscités. Les huiles essentielles et les alcalinisants en tête. Le plus connu de ces traitements naturels, le Tic Tox, vient d’en faire les frais. Ce produit mis au point par Bernard Christophe, un pharmacien spécialisé en phyto-aromathérapie depuis de longues années, était jusqu’à il y a peu l’un des rares à pouvoir endiguer la borréliose. Il était vendu par le laboratoire Nutrivital, jusqu'à ce qu'il soit interdit à la vente, au début de l’année, par l’Afssaps. Motif officiel : le Tic Tox ne bénéficie pas d’une autorisation de mise sur le marché (AMM) délivrée par l’Afssaps et celle-ci lui est refusée parce que remède contient, certes, de l’huile essentielle de sauge, mais en dessous des normes considérées comme toxiques. 
Ce qui n’est pas « officiel » est systématiquement étouffé
Mais le scandale va beaucoup plus loin. Cette opération de démantèlement du laboratoire Nutrivital (non seulement la vente du Tic Tox est interdite mais également sa fabrication et son utilisation), s’inscrit clairement dans une démarche visant à supprimer une approche alternative de la borréliose.
Bernard Christophe travaille depuis longtemps sur la maladie de Lyme, c’est l’un des spécialistes français dans ce domaine. L’homme est excessif, certes, notamment quand il s’en prend à l’antibiothérapie qu’il juge en échec et qui selon lui, « rend le patient plus malade qu’il ne l’était », mais il met le doigt sur les déficiences des méthodes officielles et sur l’étonnante absence d’une véritable recherche de solutions de la part des autorités médicales. 
Devant l’incroyable manque de fiabilité du test ELISA, Bernard Christophe s’est tourné vers un test allemand, le test All-Diag (de Mikrogen) beaucoup plus fiable car tenant compte des souches de bactéries européennes et pas seulement des souches américaines comme le test ELISA dont les seuls résultats font souvent foi chez les médecins. Comme par hasard, l’Agence régionale de santé (ARS) a ordonné, en début d’année, la fermeture manu militari du laboratoire strasbourgeois du Dr Schaller, qui proposait ce test depuis 2007. Ce laboratoire est bien connu de nombre de patients qui ont fait appel à lui pour un diagnostic sûr. Il n’a maintenant plus l’autorisation d’exercer. Le texte préfectoral motivant cette décision pointe un « diagnostic de la maladie de Lyme par biologie moléculaire non validé, non conforme aux recommandations officielles en vigueur »…
Un prix Nobel a dit tout haut ce que beaucoup hurlent en vain
Déjà en 2008, dans son livre « Les combats de la vie – Mieux que guérir, prévenir », que j’ai eu le bonheur d’écrire avec lui, le professeur Luc Montagnier, prix Nobel de médecine, balayait le déni officiel qui pèse sur cette maladie et affirmait la réalité de cette maladie et de sa forme chronique. La bactérie incriminée induit selon lui « un double méfait » : « Une maladie aiguë, d’une part, se manifestant de façon visible par des arthrites, des troubles cardiaques et des fatigues qui ne durent pas. D’autre part et malheureusement aussi, une infection chronique pouvant perdurer plusieurs années et laissant parfois des séquelles neurologiques (paralysies faciales) ou cutanées (atrophies). » 
Selon Luc Montagnier, la borrelia crée un stress oxydant dans l’organisme à l’instar de ce qui se passe dans bien des infections froides, silencieuses. Et elle peut s’associer facilement à d’autres agents pathogènes. En 2008, il relevait déjà ce danger tout en insistant sur la nécessité d’aller contre le dogme médical qui veut qu’on utilise les antibiotiques avec parcimonie : « La Borrelia peut s'associer à un autre agent connu pour être à l'origine de la maladie dite des griffes de chat*, une Bartonella Henselae . L'association de ces deux micro-bactéries entraîne une maladie chronique plus grave, avec des réactions auto-immunes fortes. Un traitement composé de plusieurs antibiotiques et administré en longue durée est nécessaire pour se débarrasser de cette infection. Souvent la forme chronique est ignorée et le médecin non averti prescrit simplement une cure-flash d'antibiotiques pour 15 jours, poussant ce faisant le germe à s'installer durablement sous une forme masquée. Grave erreur ! Alors qu’il faudrait continuer le traitement jusqu’à disparition de tous les signes de la présence du germe »
Une épidémie mondiale, comme le Sida
Comme le Pr Perronne, comme d’autres, de plus en plus nombreux, le Pr Montagnier poursuit ses recherches sur la borréliose. Avec des avancées importantes et un constat : la maladie s’est maintenant généralisée : « Le monde entier est infecté. Pas comme le Sida, mais presque », a-t-il affirmé début mars dans un entretien avec une journaliste de LaNutrition.fr tout en regrettant qu’il y ait encore « un débat pour dire que l’infection chronique n’existe pas ». Et de mettre lui aussi le doigt sur le plus gros problème : « C’est sous-estimé par les médecins et en plus les tests sérologiques ne sont pas très fiables ». Le Nobel estime qu’il faudrait utiliser les tests moléculaires comme la PCR (Polymerase chain reaction), technique permettant d’amplifier des séquences spécifiques d’ADN ou d’ARN et de détecter ainsi les bactéries, même cachées.
Comment se faire dépister, comment se soigner ?
Le seul laboratoire en France compétent pour le faire étant désormais fermé, le plus sûr est de traverser le Rhin pour obtenir un diagnostic sûr. Quoi qu’on en dise, les Allemands connaissent et maîtrisent beaucoup mieux que nous – ce n’est pas difficile – cette infection.
Quant au traitement, officiellement, il passe par une antibiothérapie longue que seul un médecin averti pourra vous prescrire. C’est là un challenge : trouver un thérapeute qui n’a pas peur de la Sécurité sociale. Ou alors, là aussi, mieux vaut aller en Allemagne. Ce n’est pas si loin, et ce n’est qu’un petit investissement au regard des conséquences pénibles de la borréliose. Si vous choisissez cette voie de traitement, il est important de prendre des pro-biotiques en complément et de ne pas laisser s’installer des champignons et autre candidose en réaction. D’où l’intérêt d’être conseillé par un naturopathe en parallèle du médecin.
La solution phyto
C’est l’autre volet des traitements et pas le moindre. Car les plantes, en particulier sous forme d’huile essentielle, montrent une certaine efficacité. A elles seules, à moins d’être prises immédiatement après une piqûre, elles ne suffisent pas, elles ne guérissent pas mais elles s’avèrent être efficaces pour stabiliser l’infection et pour faire taire ses symptômes. 
J’ai demandé à mon ami Sylvain Bodiot, naturopathe et aromathérapeute dont je vous conseille d’écouter l’émission mensuelle sur Radio Médecine Douce (ici), de me donner son protocole pour la maladie de Lyme.
Voici sa prescription, pour vous : 
Faites réaliser par votre pharmacien, le mélange suivant :
  • HE Cinnamosma fragrans  10 ml
  • HE Cinnamomum camphora ct cinéole 5 ml
  • HE Eucalyptus radiata ssp radiata 3 ml
  • HE Melaleuca alternifolia 3 ml
  • HV de noisette 30 ml
Appliquez sur les avant bras et le thorax (8 à 10 gouttes) pendant 15 jours chaque mois (du 1er au 15)
Puis prendre par voie orale et pendant 20 jours (1 gélule 3 fois par jour) la synergie d'huiles essentielles ci-dessous (à faire aussi réaliser par le pharmacien)
  • HE Eugénia caryophyllus 25 mg
  • HE Citrus lemon (z) 25 mg
  • HE Origanum compactum (25 mg)
  • Exc QSP 1 gélule gastro résistante n°2  N° LX
Cessez le traitement totalement pendant 7 jours puis le reprendre,  le tout pendant 4 mois :
En complément, n’oubliez pas de prendre le plus possible d’antioxydants, de la propolis, de l’extrait de papaye fermentée, de la vitamine C Acérola en cures prolongées pour remonter le système immunitaire et contrecarrer le stress oxydant. Prenez aussi de l’Echinacéa purpurea en teinture mère du 1er au 10ème jour de chaque mois.
Une lueur d’espoir
Vous l’avez  vu, certains de nos plus éminents médecins recherchent activement les causes de la maladie de Lyme. Cela débouchera assurément sur des protocoles de soins qui parviendront à débusquer la bactérie jusque dans ses plus profondes cachettes. Reste à faire tomber les remparts d’une médecine conservatrice, mais nous y travaillons. Comme les associations regroupant experts et malades qui ont vu le jour ces derniers temps et auprès desquelles vous pourrez trouver du réconfort, des soutiens et des conseils avisés. Voici les plus actives d’entre elles :
- Lyme Info (voir le site ici)
- Tiquatac.org (ici)
- Les Nymphéas (ici)
- Réseau borréliose (ici)
Prenez soin de vous, et à jeudi prochain.
Dominique Vialard
*Cette maladie dite "des griffes de chat" s'exprime par  une fièvre et des ganglions apparaissant à proximité de la griffure avec une tendance à la suppuration.

Pour être assuré de recevoir, chaque jeudi, la newsletter "Alternative Santé" suivez ce lien
---------------------------------------------------------------------------------------------------------
Nos newsletter, VOS RÉACTIONS : vaccins, charbon végétal, compléments, pétition ...

- De nombreux lecteurs nous interrogent sur telle ou telle pathologie et son traitement naturel. Il se peut que nous traitions, un jour ou l'autre, leur problème de santé, mais cela reste hypothétique. Pour avoir rapidement des réponses à vos questions de santé, nous vous invitons à consulter l'index des articles parus dans Principes de Santé, le journal de la médecine naturelle en suivant ce lien.
- Si vous recherchez un thérapeute pratiquent une des disciplines des médecines alternatives, vous en trouverez une liste près de chez vous en vous rendant sur le site annuaire-therapeutes.com
- Si vous ne souhaitez que votre adresse mail soit communiquée, précisez-le nous dans vos mails.

Vos questions et remarques à propos de nous

Octarine Kopel-Kokkinos - anne_kopel@hotmail.com
 "Alter" veut bien dire "autre. L'autre façon de concevoir la santé, sur tous les plans, est de changer le regard, quitter la pensée dualiste, militaire, de "l'ennemi à abattre", du combat  des "gentils" contre les méchants, de la victimitude ( " cette newsletter m'attirera des ennuis " ), de la complotitude et du calimerotage.
Bonne route.
Alternative Santé : Vous avez raison, il faut parfois lâcher prise. Mais on n'y arrive pas toujours.

Je tiens à vous remercier de ce travail que vous réalisez pour nous aider à déjà accepter d'être acteur de notre santé et de nos choix de vie, de nous éclairer chaque semaine en nous donnant des informations que nous n'aurions pas le temps de chercher. Même si le monde devient de plus en plus cupide, que désormais la plupart des industriels, producteurs, éleveurs ne sont plus fiers de leurs produits comme pouvaient l'être nos grand parents.
Il nous faut avoir "une sainte colère", je ne suis pas pour modérer nos propos, nous avons le droit de nous révolter, nous avons le droit de dire "non", nous avons le droit d'exister.
Quel est ce monde, où tout devient interdit, où la construction de la libre pensée est condamnée car "politiquement incorrecte".
Je suis en colère et j'en suis heureuse tous les jours car c'est une question de survie. Je vous remercie de l'alimenter même si avoir conscience est douloureux. C'est à travers les êtres félés que passent la lumière et notre relation de confiance a ouvert une brèche qui nous donne cette lumière.
C'est bon de ne pas se sentir seule. Merci, merci, merci encore.


J'ai trouvé très intéressant l'article sur l'étude japonaise à propos des vaccins. Comment peut-on y avoir accès ?
Il faut des références bien solides lorsqu'on s'adresse aux gens convaincus des bienfaits des vaccins.
Alternative Santé : Pour accéder au détail de cette étude, cliquez  ici


Concernant le charbon végétal activé, je souhaiterais ajouter le témoignage d'un homme irradié par l'utilisation professionnelle de bâtons de soudure  au Thorium, hautement radioactif quand ils sont chauffés mais inoffensifs à froid. La médecine du travail faisant la sourde oreille aux plaintes des ouvriers qui souffraient de diverses maux atypiques, cet homme s'est aperçu du problème en utilisant par hasard un compteur Geiger pour mesurer la radioactivité d'un lieu dans lequel il devait travailler ...
Tous ses collègues de travail sont morts, il a survécu parce qu'il avait une excellente hygiène de vie et buvait 2 à 3l/jour de jus de pommes et poires qu'il faisait lui-même sur son terrain : charges anti-oxydatives et reminéralisantes. Quand il est venu me voir avec ses analyses, il était néanmoins très mal en point. Je lui ai conseillé la zéolithe capable de capter les substances radio-actives et de les éliminer du corps, et le charbon ...
Quelque temps plus tard il me rappelle pour me donner des nouvelles et me confirme que ses taux d’éléments radio-actifs dans le corps sont en baisse régulière et il ajoute : "mais le plus efficace, ce n'est pas la zéolithe, c'est le charbon !!! je ne prend plus que ça et je me sens renaître". Qu'on se le dise !
Alternative Santé : Je réponds par avance à la question que vont me poser les lecteurs à la suite de votre témoignage : vous pouvez en  trouver ici. Et pour la zéolite, vous pouvez en trouver ici


Danielle Arnot - danielle.arnot@orange.fr
Bravo pour votre article sur les complements alimentaires et leurs dérives. Ce succès est bien la conséquence de l'inéfficacité de certains médicaments, ce qui fait la UNE actuellement. Il y a un labo, qui casse les prix, qui fait de la pub PARTOUT sur tous les sites .............(vous reconnaitrez je pense). Ces produits ont  un coût tellement  inférieur  à la moyenne, qu'il est permis de se demander s'ils sont  fiables ou si les autres labos  français  pratiquent des prix prohibitifs. Ce marché  en pleine expansion est devenu une jungle,   le consommateur a du mal à  s'y retrouver, on perd du temps  à chercher et comparer. Continuez à alerter, merci à vous


Alternative Santé : Notre pétition a été signée par plus de 12 000 personnes. N'hésitez pas à faire circuler notre texte auprès de votre carnet d'adresses !
---------------------------------------------------------------------------------------------------------
- Pour être assuré de recevoir, chaque jeudi, la newsletter "Alternative Santé" suivez ce lien
Vous n'avez pas reçu les quinze premières newsletters d'Alternative Santé ? 
   Découvrez-les en allant sur le site alternativesante.fr

- Transférez, si vous le souhaitez, cette newsletter à vos proches et amis, c'est gratuit ! Suivez ce lien
Si vous ne souhaitez plus recevoir d'informations d'Alternative Santé, suivez ce lien.

Pour ne plus recevoir de courriels de la part de Santé Port Royal, il vous suffit de vous rendre sur cette page.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


"Alternative Santé" est édité par la société Santé Port Royal, société de presse indépendante des laboratoires pharmaceutiques et des pouvoirs publics.
Santé Port Royal SAS - 65, rue Claude Bernard - 75005 Paris

Les informations et services proposés dans la newsletter Alternative Santé ne constituent ni directement, ni indirectement une consultation médicale. Les informations fournies sont destinées à améliorer et non à remplacer la relation directe entre le patient et les professionnels de santé. En aucun cas, les informations et services proposés ne sont susceptibles de se substituer à une consultation, une visite ou un diagnostic formulé par votre médecin ou peuvent être interprétées comme assurant la promotion de médicaments.Vous ne devez pas mettre en oeuvre les informations publiées par la newsletter Alternative Santé pour la formulation d'un diagnostic, la détermination d'un traitement ou la prise et/ou la cessation de la prise de médicament sans consulter préalablement un médecin généraliste ou spécialiste.  La responsabilité d'Alternative Santé et de sa société éditrice Santé Port Royal ne pourra être recherchée au titre de l'information et des services proposés dans cette newsletter, et vous acceptez que l'utilisation de ces informations et services s'effectue sous votre seule et entière responsabilité, contrôle et direction.  



Vă rog să citiți acest text selectat de mine, în speranța că vă poate interesa. Cu prietenie, Dan Culcer

UNE TROISIEME GUERRE MONDIALE ?

L’hypothèse est de plus en plus fréquemment débattue, et pas seulement dans les milieux « apocalyptiques »…
On trace fréquemment le parallèle avec les années trente :
une combinaison entre ambitions hégémoniques, crise économique globale, et crises locales.
dans un tel contexte, une montée de réactions irrationnelles

Les grands acteurs de la guerre à venir peuvent aussi se laisser entraîner involontairement dans une logique infernale que déclencheront de « menus incidents » tels que Sarajevo en 1914, Dantzig en 1939… un événement au Proche-Orient d’ici peu ?

Les alliances ne sont pas évidentes non plus. En 1939, on ne savait pas encore « dans quel camp » se trouveraient l’URSS, les Etats-Unis, la France… En 2012, on ignore ce que feront, face aux probables interventions israélo-occidentales en Syrie et en Iran , la Chine et la Russie. 

On ne peut d’ailleurs dire avec certitude que ces interventions auront lieu. L’attaque israélienne contre l’Iran, qui entraînerait les Etats-Unis, est « retenue » par des militaires israéliens qui redoutent l’aventure et par l’administration Obama qui ne souhaite pas une telle épreuve avant les élections. Nul ne peut d’ailleurs pronostiquer les conséquences éventuelles – localisées ou généralisées- d’une telle guerre, alors que d’autres conflits menacent, au Caucase et en Extrême-Orient.


« Le Temps », Genève, 30 août 2012

Max Gallo, historien respecté, ancien ministre, et Alain Gérard Slama, professeur et chroniqueur très connu, se sont récemment donné la réplique dans les colonnes du Figaro. Sans vraiment se contredire, ils décrivent les scénarios de crises et déséquilibres qui, s’emboîtant, nous feraient glisser vers une guerre mondiale. Le spectre de Sarajevo est évoqué: une guerre se déclencha en 1914 que personne ne voulait vraiment, mais dont on mesura après coup les enchaînements implacables qui la provoquèrent. Nos deux auteurs voient dans le Moyen-Orient «l’épicentre» d’un conflit régional qui serait de nature à embraser le monde entier.

Un éminent stratège américain, Anthony Cordesman, se réfère au même épisode – la Bosnie d’il y a un siècle – pour analyser les bruits de botte autour de l’Iran nucléaire. Les tensions augmentent, et avec elles le risque d’un faux calcul: un incident militaire, dans le golfe ou ailleurs au Moyen-Orient, qui donnerait lieu à une escalade accidentelle, dégénérant en un conflit majeur en vertu de la loi des conséquences inattendues.

Le professeur américain considère que la situation actuelle est dangereuse parce qu’elle est ambiguë. Les Israéliens disent qu’ils sont à bout: la faillite des efforts diplomatiques, l’inefficacité des sanctions tandis que l’Iran poursuit son programme nucléaire tout en usant de la terreur et en intervenant chez ses voisins créent un mélange explosif. Une guerre peut surgir, mais les mises en garde se multiplient en Israël même. Les Etats-Unis redoutent d’être aspirés dans une action violente qui serait le fait de leur allié. Personne ne peut prédire les conséquences d’un conflit armé. Le contexte complexe et volatil où s’inscrivent les séquelles du Printemps arabe, la guerre civile internationalisée de Syrie, l’instabilité en Irak, au Yemen et dans le golfe sont autant d’impondérables – sans parler des «inconnues insoupçonnées» de l’équation.

Les élections présidentielles américaines ajoutent à l’incertitude. Au fond, les deux candidats ne diffèrent pas tant sur la nécessité d’un recours aux armes, le cas échéant, que sur les modalités conduisant aux hostilités.

Le professeur américain considère que la situation actuelle est dangereuse parce qu’elle est ambiguë. Les Israéliens disent qu’ils sont à bout: la faillite des efforts diplomatiques, l’inefficacité des sanctions tandis que l’Iran poursuit son programme nucléaire tout en usant de la terreur et en intervenant chez ses voisins créent un mélange explosif. Une guerre peut surgir, mais les mises en garde se multiplient en Israël même. Les Etats-Unis redoutent d’être aspirés dans une action violente qui serait le fait de leur allié. Personne ne peut prédire les conséquences d’un conflit armé. Le contexte complexe et volatil où s’inscrivent les séquelles du Printemps arabe, la guerre civile internationalisée de Syrie, l’instabilité en Irak, au Yemen et dans le golfe sont autant d’impondérables – sans parler des «inconnues insoupçonnées» de l’équation.

Les élections présidentielles américaines ajoutent à l’incertitude. Au fond, les deux candidats ne diffèrent pas tant sur la nécessité d’un recours aux armes, le cas échéant, que sur les modalités conduisant aux hostilités



La 3ème guerre mondiale causée par la crise ? - CSOJ 22-05-2012

une question : que va faire la Russie ?

 HYPERLINK "http://www.youtube.com/watch?v=5A_54VCFEu0" http://www.youtube.com/watch?v=5A_54VCFEu0



Une 3ème guerre mondiale conséquence de la 2ème globalisation ?
 HYPERLINK "http://www.youtube.com/watch?v=XM5n4NdB3ZQ&feature=related" http://www.youtube.com/watch?v=XM5n4NdB3ZQ&feature=related

Conférence passionnante donnée par Jean-Michel Quatrepoint à l'IHEDN (l'Institut des Hautes Études de Défense Nationale) le 10 octobre 2011. Son dernier livre paru le mois dernier s'intitule Mourir pour le Yuan ? : Comment éviter une guerre mondiale.

Jean-Michel Quatrepoint évoque la première globalisation financière à la fin du XIXème et au début du siècle dernier, ayant débouché sur les 2 guerres mondiales. Les mêmes causes donnant les mêmes effets, la situation actuelle risque de déboucher sur une "3ème guerre mondiale", où la crise économique se "résoudra" par une "économie de guerre"...

La guerre mondiale menace, le peuple se divertit…
http://lecercle.lesechos.fr/economie-societe/international/asie/221148241/guerre-mondiale-menace-peuple-divertit

« Le dessous des cartes »
Hypothèse d’une attaque israélienne (et américaine) de l’Iran
 HYPERLINK "http://www.youtube.com/watch?v=_KnLO5Uwxuc&feature=related" http://www.youtube.com/watch?v=_KnLO5Uwxuc&feature=related


09/09/2012 - Israel menace l'Iran d'utiliser la bombe éléctromagnétique

Israël réfléchirait à lancer une impulsion électromagnétique (IEM) sur l'Iran pour paralyser l'ensemble de ses réseaux de transports et de communications, et arrêter ainsi le développement de son programme nucléaire, a affirmé dimanche le Sunday Times.

Le journal cite le spécialiste américain des questions de défense Bill Gertz qui, le 29 août, dans sa chronique vidéo sur le site conservateur The Washington Free Beacon, a fait part "d'inquiétudes croissantes" rapportées par les services secrets américains "sur le déclenchement par Israël d'une frappe sur l'Iran grâce à une explosion nucléaire en haute altitude destinée à perturber tous les appareils électroniques du pays".

Du 16 au 27 septembre, des bâtiments de 25 pays vont participer, au large des côtes iraniennes du golfe Persique, à un exercice naval. 3 porte-avions américains y participeront. Cet exercice comprendra un volet déminage à grande échelle, simulant le nettoyage du détroit d’Ormuz après une supposée tentative iranienne de bloquer le transit des pétroliers par ce point stratégique.
Pendant la durée de l’exercice, 3 porte-avions américains seront présents dans la région : l’USS Stennis, l’USS Enterprise et l’USS Dwight D. Eisenhower.

Des bâtiments britanniques et français rejoignent actuellement la région pour participer à cet important exercice auquel participeront aussi les marines saoudienne et émiratie.

Outre l’entraînement aux tactiques destinées à maintenir le détroit ouvert, l’exercice vise à entraîner les participants à la destruction des bases navales, aériennes et de missiles iraniennes dans la région du golfe Persique.

21/08/2012 - Mitt Romney, le visage de la troisième guerre mondiale? 


Le ton est celui d'un HYPERLINK "http://minuit-1.blogspot.com/2011/05/2012-la-montee-organisee-et-lelection.html"nationaliste américain qui ignore le doute, voire le monde d'aujourd'hui. En politique étrangère, Mitt Romney, l'homme qui affrontera Barack Obama en novembre, est un mixte de Ronald Reagan et, plus encore, de Bush junior ("W.").
Il se situe à l'aile droite du Parti républicain - du moins à en juger par ses rares interventions dans ce domaine. Il s'est donné le profil d'un faucon. Il sera, promet-il, un président qui va remettre à leur place la Chine, la Russie, l'Iran et quelques autres encore. Ceux qui osent défier la prééminence des Etats-Unis, qu'il entend "restaurer", n'ont qu'à bien se tenir.

Comme le plus souvent, depuis la fin de la guerre froide, les questions internationales ne jouent presque aucun rôle dans la campagne. Elles ont tenu une place secondaire cette semaine lors de la convention républicaine réunie à Tampa, en Floride. L'ancien gouverneur du Massachusetts a été couronné, mardi 28 août, candidat officiel du Parti républicain pour le scrutin du 6 novembre.

Cette élection n'a qu'un seul sujet : l'économie. Pourtant, la manière d'aborder les questions de politique étrangère dit quelque chose de l'homme Romney. Et, incidemment, elle intéresse le reste du monde...

L'approche est d'abord désinvolte. En 2007-2008, le candidat Obama a pris le temps durant sa campagne de visiter l'Afghanistan, l'Irak, la Jordanie, Israël, l'Allemagne, la France et la Grande-Bretagne. Rien de tel avec Romney. Il a fait trois petits voyages en août. A Londres, il a montré son sens de la diplomatie et la haute idée qu'il a des Européens en émettant des doutes sur les capacités de la Grande-Bretagne à organiser les Jeux olympiques !

Il n'a pas pris grand risque en allant ensuite flatter la Pologne, le plus proaméricain des pays du Vieux Continent. Enfin, il s'est rendu à Jérusalem pour dire aux Israéliens qu'un président Romney approuverait toutes leurs décisions quelles qu'elles puissent être.

"IL N'Y A PAS À S'EXCUSER POUR LA GRANDEUR DE L'AMÉRIQUE"

Voilà pour les gestes. Pour le reste, la rhétorique, l'élégant patricien de la Nouvelle-Angleterre (région regroupant six Etats du nord-est des Etats-Unis) avait le choix. Etre fidèle à sa famille politique d'origine, les républicains modérés : en politique étrangère, ils sont prudemment interventionnistes, comme Robert Zoellick, l'ex-patron de la Banque mondiale, un réaliste choisi par Romney pour préparer "la transition" (en cas de victoire).

Ou bien le candidat républicain pouvait accompagner la dérive droitière de sa formation et s'aligner sur les "durs" : un mélange de néoconservatisme et d'ultra-nationalisme. Par conviction ou par cynisme, il a opté pour la seconde solution. Son discours l'engage.

Il célèbre sans réserve la gloire des Etats-Unis. "Il n'y a pas à s'excuser pour la grandeur de l'Amérique", écrit-il. "Je crois que notre pays est la plus grande force pour le bien que le monde ait jamais connue." Il ne voit pas de raison pour que le XXIe siècle, comme le précédent, ne soit pas à son tour un "siècle américain".

Naturellement "bonne", l'Amérique doit avoir les mains libres, sa prééminence militaire doit être conservée à tout prix. Romney s'engage à ce que le budget défense du pays - près de 700 milliards de dollars - ne soit jamais inférieur à ce qu'il représente aujourd'hui : 4 % du produit intérieur brut. Il a même promis de l'augmenter. Il entend accroître de 100 000 hommes les effectifs de l'armée américaine.

Il dénonce chez Obama une tendance au compromis sur la scène internationale. Le démocrate composerait. Le républicain rétablira, lui, la prépondérance absolue des Etats-Unis. Il a qualifié la Russie "d'ennemi géopolitique numéro un". Il a prévenu la Chine : dès son arrivée à la Maison Blanche, Romney l'accusera de "manipuler sa monnaie" et prendra des sanctions commerciales à son encontre. Il a averti l'Iran : il soutiendra une offensive israélienne - sous entendu, les Etats-Unis pourraient bien y participer. Il a pris des engagements fermes pour l'Afghanistan : pas question d'arrêter la guerre tant que les talibans ne sont pas défaits.

Dans l'International Herald Tribune, Roger Cohen écrit joliment : "Je n'ai pas encore rencontré de guerre que Romney n'ait pas envie de mener." On sait le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, proche des républicains américains. Mitt Romney le lui rend bien : sa politique proche-orientale, c'est de faire ce que "Bibi" lui dit de faire.

COMME SI LE MONDE N'AVAIT PAS CHANGÉ DEPUIS 2001

Passons sur le fait que sa politique de défense risque de creuser les déficits budgétaires - une habitude chez les républicains. Ce qui trouble le plus, c'est une posture en politique étrangère qui paraît avoir été arrêtée il y a dix, vingt ou trente ans. Le discours ici a des allures de vieille recette, qui consiste à affirmer haut et fort la primauté des Etats-Unis, d'abord grâce à sa puissance armée.

Cela rappelle étrangement celui de Bush junior, au lendemain des attentats de 2001, cette combinaison d'ultranationalisme et d'idéalisme botté. Comme si le monde n'avait pas changé ; comme si l'Irak et l'Afghanistan n'avaient pas montré les limites de la machine de guerre américaine ; comme si de nouvelles puissances n'avaient pas émergé qui, comme le Brésil, la Turquie ou l'Indonésie, entendent contester la prééminence occidentale ; comme si l'économie américaine n'était pas étroitement imbriquée à celle de la Chine.

Obama est lui aussi convaincu de la nécessité pour l'Amérique de rester la première puissance stratégique du monde. Il le dit volontiers. Mais il a cherché à maintenir cette position dans les conditions de ce début de XXIe siècle, pas dans celles d'hier.

Romney caricature la réalité. A l'intérieur, il vante un cocktail de déréglementation financière, de baisse des impôts et de retrait général de l'Etat - tout ce qui a conduit à la crise de 2008 !

A l'extérieur, le ton est celui entendu avant les désastres de l'Irak et de l'Afghanistan. La nostalgie du candidat Romney pour le monde idéologique de "W." est de mauvais augure.


Le monde

21/08/2012 - L'État israélien prépare son peuple à une guerre contre l'Iran

Israël vit avec cette peur quotidienne : et si l'Iran disposait de la puissance nucléaire... Ces derniers jours, le climat dans le pays de Shimon Peres s'est particulièrement dégradé, des rumeurs d'une frappe israélienne sur le territoire iranien gagnant la une des médias.

Un climat fébrile s'est installé depuis une dizaine de jours en Israël, entretenu par les déclarations quotidiennes dans les médias de responsables politiques et d'analystes «pour» ou «contre» une opération israélienne visant l'Iran. Avec ou sans l'aval des États-Unis, avec ou sans leur assistance.

Cette inquiétude ambiante est renforcée par la distribution massive de masques à gaz à la population, par la vérification du bon fonctionnement d'un système d'alerte via SMS (envoyés en cas de tirs de missiles ou roquettes) et par des spéculations sur le nombre de victimes israéliennes en cas de représailles iraniennes. Autre élément renforçant le climat de tensions, cette fois-ci sur la scène politique, la Knesset (Parlement) a entériné, jeudi, la nomination d'Avi Dichter, considéré comme partisan d'une ligne dure sur le dossier iranien, à la tête de la Défense passive, un ministère crucial en cas de guerre. Cet ancien patron du Shin Beth, le service de sécurité intérieure, a affirmé qu'Israël «devait se doter de capacités d'attaque» en cas d'offensive contre les installations nucléaires iraniennes. Sa position tranche avec celle d'ex-hauts responsables du ShinBeth et du Mossad (contre-espionnage) ou des Renseignements militaires, qui ont exprimé leur opposition à une attaque israélienne menée sans l'accord des États-Unis. Le président Shimon Peres a, d'ailleurs, provoqué une polémique en déclarant, jeudi, qu'il était «clair» qu'Israël ne pouvait attaquer l'Iran sans l'aide des États-Unis.

Une stratégie à destination des États-Unis

Israël est donc bien sous tension. Une situation qu'a dénoncé l'ancien chef des renseignements militaires, Uri Saguy, ce week-end, dans le quotidien Haaretz: «Il y a une hystérie orchestrée et dont le timing a été planifié pour placer le pays dans un état d'anxiété, artificiel ou non». La multiplication des déclarations publiques sur l'Iran a pour but, en plus de préparer l'opinion publique aux conséquences d'une éventuelle frappe, de pousser l'administration américaine à davantage de clarté sur le sujet, estime Denis Charbit, professeur à l'Université de Tel-Aviv.

HYPERLINK "http://www.internationalnews.fr/article-le-declenchement-d-une-guerre-humanitaire-contre-la-syrie-109277743.html"Le déclenchement d'une guerre "humanitaire" contre la Syrie
 HYPERLINK "http://www.internationalnews.fr/article-le-declenchement-d-une-guerre-humanitaire-contre-la-syrie-109277743.html"Internationalnews
21 août 2012

HYPERLINK "http://www.mondialisation.ca/"Mondialisation.ca


L’administration Obama, en lien avec Londres, Paris et Tel-Aviv ainsi que le quartier général de l’OTAN à Bruxelles envisage diverses «options d’interventions» militaires contre la Syrie, y compris des opérations navales et aériennes en appui aux forces rebelles d’« opposition » sur le terrain.

Les États-Unis et leur irréductible allié britannique sont sur un «pied de guerre humanitaire»         
Les forces alliées, incluant des agents du renseignement et des Forces spéciales ont renforcé leur présence sur le terrain en appui à l’«Armée syrienne libre» (ASL) de l’opposition. Le ministère de la Défense britannique serait « en train de formuler des plans d’urgence advenant le déploiement de troupes par la Grande-Bretagne dans cette région instable».

Des déploiements navals et aériens ont déjà été annoncés par le ministère britannique de la Défense. Selon les tabloïds londoniens citant des sources militaires « faisant autorité», «[l]’escalade de la guerre civile en [Syrie] a augmenté la probabilité que l’Occident soit forcé d’intervenir». ( HYPERLINK "http://www.globalresearch.ca/admin/rte/richedit.html#ixzz21wUva44I%23ixzz21wUva44I"Daily Mail, 24 juillet, 2012.)

Pour des raisons pratiques, on n’envisage pas de campagne de bombardement «choc et stupeur» à l’irakienne : « Des analystes de la Défense ont averti qu’une force d’au moins 300 000 troupes serait nécessaire pour mettre en œuvre une intervention à grande échelle [en Syrie]. Cette option se heurterait tout de même à une résistance farouche […] » (Ibid.)

Au lieu de mener une guerre éclair totale, l’alliance des États-Unis, de l’OTAN et d’Israël a choisi d’intervenir en vertu de la «responsabilité de protége » et son contexte diabolique de «guerre humanitaire». Inspirées de l’opération en Libye, les étapes suivantes sont prévues :
1. Une insurrection soutenue par les États-Unis et l’OTAN, intégrée par des escadrons de la mort, est lancée sous couvert d’un « mouvement de contestation » (mi-mars à Dara)

2. Les Forces spéciales britanniques, françaises, qataries et turques sont sur le terrain en Syrie pour conseiller et entraîner les rebelles ainsi que superviser des opérations spéciales. Des mercenaires engagés par des compagnies de sécurité privées sont également impliqués dans le soutien aux forces rebelles.

3. Les meurtres de civils innocents par l’Armée syrienne libre (ASL) sont exécutés délibérément dans le cadre d’une opération clandestine des services de renseignement. (Voir HYPERLINK "http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=31122"SYRIA: Killing Innocent Civilians as part of a US Covert Op. Mobilizing Public Support for a R2P War against Syria, Global Research, mai 2012.)

4. Le gouvernement syrien est ensuite accusé des atrocités commises. La désinformation médiatique est axée sur la diabolisation du gouvernement syrien et l’opinion publique est incitée à appuyer une intervention militaire pour des raisons humanitaires.

5. En réaction à l’indignation publique, les États-Unis et l’OTAN sont alors « forcés d’intervenir » en vertu du mandat de la « responsabilité de protéger » (Responsibility to Protect (R2P)). La propagande médiatique passe en vitesse grand V et « la communauté internationale » vient à la rescousse du peuple syrien.

6. Des navires de guerre et des chasseurs sont alors déployés dans la Méditerranée orientale. Ces actions sont coordonnées avec un soutien logistique aux rebelles et des Forces spéciales sur le terrain.

7. Le but ultime est un « changement de régime » menant au « démantèlement du pays » selon des divisions confessionnelles et/ou à l’installation d’un «régime influencé ou dominé par l’Islam» à l’instar du Qatar et de l’Arabie Saoudite.

8. Les plans de guerre contre à la Syrie sont intégrés à ceux relatifs à l’Iran : la route vers Téhéran passe par Damas. Les vastes répercussions d’une intervention militaire des États-Unis et de l’OTAN comportent l’escalade militaire et le déclenchement probable d’une guerre régionale s’étendant de la Méditerranée orientale à l’Asie centrale et dans laquelle la Chine et la Russie pourraient être impliquées directement ou indirectement.

Les étapes 1 à 4 ont déjà été mises en œuvre.
L’étape 5 a été annoncée.

L’étape 6 comprenant le déploiement de navires britanniques et français en Méditerranée orientale est prévue pour la «fin de l’été» selon le ministère britannique de la Défense. (Voir Michel Chossudovsky, HYPERLINK "http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=32079"The US-NATO War on Syria: Western Naval Forces Confront Russia Off the Syrian Coastline? Global Research, 26 juillet 2012.)

L’étape 7, à savoir le «changement de régime», qui représente la phase finale de la guerre humanitaire, a été annoncée à maintes reprises par Washington. Le secrétaire à la Défense Leon Panetta a fait référence au président Al-Assad en ces termes : « Il ne s’agit plus de savoir si son règne achève, mais plutôt quand il s'achèvera. »

La phase finale : Déstabiliser l’État laïque, instaurer l’« islam politique »
Le HYPERLINK "http://www.rusi.org/"Royal United Services Institute for Defence and Security (RUSI), un groupe de réflexion ayant des liens étroits avec le ministère britannique de la Défense et le Pentagone a laissé entendre qu’« une forme d’intervention [militaire] en Syrie est de plus en plus probable […]». Dans son bulletin sur la crise en Syrie intitulé HYPERLINK "http://www.rusi.org/analysis/commentary/ref:C500F639757A57"A Collision Course for Intervention (Une intervention inévitable) le RUSI évoque ce que l’on pourrait décrire comme « une légère invasion » menant soit au « démantèlement du pays » selon des divisions confessionnelles et/ou à l’installation d’un « régime influencé ou dominé par l’Islam » calqué sur celui Qatar et de l’Arabie Saoudite.

Plusieurs « scénarios » comportant des opérations clandestines des services de renseignement sont mis de l’avant. L’objectif non avoué de ces options de l’armée et du renseignement est de déstabiliser l’État laïque et d’implanter, par des moyens militaires, la transition vers un régime post-Al-Assad « dominé ou influencé par l’islam » inspiré des modèles qatari et saoudien :

Nous devons mieux comprendre les activités et les relations d’Al-Qaïda et des autres djihadistes salafistes syriens et internationaux, ces derniers étant maintenant de plus en plus nombreux à entrer en Syrie. Les vannes s’ouvriront probablement davantage, les djihadistes étant encouragés par des signes indiquant le progrès significatifs de l’opposition face au régime. Ces éléments ont l’appui de l’Arabie Saoudite et du Qatar et auraient indubitablement un rôle à jouer en Syrie après la chute d’Al-Assad. L’envergure de leur implication devrait être prise en considération dans la planification de l’intervention. (Ibid, p. 9, c’est l’auteur qui souligne.)

Tout en reconnaissant que les combattants rebelles sont de véritables terroristes impliqués dans des meurtres de civils, le bulletin du RUSI, en invoquant des considérations tactiques et du renseignement, suggère que les forces alliées devraient malgré tout appuyer les terroristes. (Les brigades terroristes ont été soutenues par la coalition menée par les États-Unis depuis le tout début de l’insurrection à la mi-mars 2011. Des Forces spéciales ont intégré l’insurrection.) :

Quels défis militaires, politiques et sécuritaires représenteraient-ils [les djihadistes] pour le pays, la région et l’Occident? Les problèmes comprennent un régime possiblement dominé ou influencé par l’islam héritant d’un armement sophistiqué, dont des systèmes de défense antiaérienne et de missiles antinavires; ainsi que des armes chimiques et biologiques qui pourraient être transférées aux mains de terroristes internationaux. Au niveau tactique, des renseignements seraient nécessaires pour identifier les groupes les plus efficaces et savoir comment les appuyer le mieux possible. Il serait par ailleurs essentiel de savoir comment ils opèrent et si un soutien les aiderait à massacrer des rivaux ou à attaquer des civils, comme l’ont déjà fait des groupes d’opposition syriens. (HYPERLINK "http://www.rusi.org/analysis/commentary/ref:C500F639757A57"RUSI - SYRIA CRISIS BRIEFING: A Collision Course for Intervention, Londres juillet 2012, p. 9 c’est l’auteur qui souligne.)

La citation précédente confirme que les États-Unis et l’OTAN sont déterminés à utiliser l’« islam politique », comprenant le déploiement de groupes terroristes affiliés à Al-Qaïda et soutenus par la CIA et le MI6, afin de poursuivre leurs ambitions hégémoniques en Syrie.

Des opérations clandestines des services de renseignement occidentaux en appui à des entités terroristes de l’« opposition » sont lancées dans le but d’affaiblir l’État laïque, de fomenter des violences interconfessionnelles et de créer des divisions sociales. Rappelons qu’en Libye, les rebelles « pro-démocratie » étaient menés par des brigades paramilitaires affiliées à Al-Qaïda, supervisées par des Forces spéciales de l’OTAN. La « libération » de Tripoli dont on a tant parlé a été effectuée par d’anciens membres du Groupe islamique combattant en Libye (GICL)

Options et actions militaires : Vers une «invasion soft»?

Dans le bulletin du RUSI sur la crise syrienne, plusieurs options militaires concrètes sont envisagées, lesquelles reflètent largement les réflexions actuelles de l’OTAN et du Pentagone sur la question. Toutes ces options sont basées sur un scénario de « changement de régime » nécessitant l’intervention de forces alliées en territoire syrien. On envisage une « invasion légère » s’inspirant de l’opération en Libye, en vertu d’un mandat humanitaire et de la responsabilité de protéger, plutôt qu’une guerre éclair totale du genre « choc et stupeur ».

Le document confirme toutefois que l’appui réel et soutenu des rebelles de l’ASL nécessitera tôt ou tard l’emploi d’une « force aérienne sous la forme de chasseurs, de systèmes de défense naval, terrestre et aérien » combinés à un afflux de Forces spéciales et le débarquement « amphibie et aéroporté d’une unité d’infanterie d’élite ». (Ibid, p. 16.)

Il ne fait aucun doute que cette transition vers un soutien naval et aérien concret aux rebelles est motivée par des revers de l’insurrection (dont des pertes substantielles chez les rebelles), subis lors des représailles des forces gouvernementales dans la foulée des attentats terroristes contre le quartier général de la Sécurité nationale à Damas le 18 juillet dernier. Le ministre de la Défense, le général Daoud Rajha ainsi que deux membres de haut rang de l’équipe nationale de défense ont trouvé la mort lors de ces attaques.
On envisage de mener successivement diverses actions militaires imbriquées, avant et après le « changement de régime » proposé.

Une coalition menée par les États-Unis pourrait sans nul doute réaliser la meilleure option, soit la destruction des forces armées syriennes par une invasion à l’irakienne de type « choc et stupeur ». Cependant, à l’instar toutes les autres formes d’intervention, la gestion des conséquences serait bien moins prévisible et pourrait entraîner les forces de la coalition dans un bourbier long et sanglant. À l’heure actuelle, cette possibilité est irréaliste et doit être exclue […] Une opération aérienne menée par les États-Unis pourrait certainement arriver à neutraliser l’infrastructure de la défense aérienne syrienne de manière substantielle. Cela requerrait toutefois une campagne militaire soutenue, de grande envergure et extrêmement coûteuse, comprenant le déploiement de Forces spéciales sur le terrain afin de prêter assistance en matière de ciblage […]

Les options d’intervention restantes se classent en trois grandes catégories qui se chevauchent parfois […] La première constitue le renforcement militaire visant à réduire la violence en Syrie ou à y mettre fin […] et à empêcher les forces d’Al-Assad d’attaquer des populations civiles par des actions [militaires] directes. [Le RUSI ignore le fait que les tueries sont commises par l’ASL plutôt que par des forces du gouvernement. M.C.]

La deuxième consiste à susciter un changement de régime en combinant un appui aux forces d’opposition et une action militaire. La seconde catégorie pourrait s’appliquer dans la foulée de l’effondrement du régime. L’objectif serait de soutenir un gouvernement post-Al-Assad en aidant à stabiliser le pays et à protéger la population contre des représailles et des violences entre factions […]

Une force de stabilisation serait déployée à la demande du nouveau gouvernement. Chaque scénario d’intervention devrait comprendre la nécessité de détruire ou sécuriser les armes chimiques de la Syrie si elles étaient sur le point d’être utilisées, transférées ou posaient des problèmes de sécurité. Cela exigerait des forces de combat si spécialisées et possiblement en si grand nombre qu’il n’y a probablement que les États-Unis qui puissent effectuer cette mission. [Rappelant les armes de destruction massive d'Irak, le prétexte des armes chimiques de la Syrie est utilisé pour justifier une intervention militaire plus musclée. M.C.]

La troisième catégorie comporte l'aide humanitaire, soit l'approvisionnement et l'aide médicale aux populations assiégées […] Cette forme d'intervention, probablement menée sous l'égide de l'ONU, impliquerait les agences d'aide comme le Croissant-Rouge international ainsi que des forces militaires armées, dont des forces aériennes, là encore peut-être basées sur une coalition de l'OTAN. De l'aide humanitaire pourrait être nécessaire avant ou après un changement de régime. (Voir HYPERLINK "http://www.rusi.org/analysis/commentary/ref:C500F639757A57"RUSI - SYRIA CRISIS BRIEFING: A Collision Course for Intervention, Londres juillet 2012, p.9-10. C'est l'auteur qui souligne.)

L'« aide humanitaire » est souvent employée comme prétexte pour envoyer des unités de combat et des Forces spéciales. Des agents du renseignement sont aussi fréquemment déployés en utilisant les ONG comme couverture.

Actions militaires concrètes des États-Unis et de l'OTAN.

Le document du RUSI reflète-t-il les perspectives actuelles de la planification militaire des États-Unis et de l'OTAN concernant la Syrie?

Quelles sont les actions militaires et des services de renseignement posées concrètement par l'alliance militaire occidentale à la suite des vétos russes et chinois au Conseil de sécurité des Nations Unies?

Le déploiement d'une puissante armada de navires français et britanniques est déjà envisagé « à la fin de l'été », la date n'étant toutefois pas précisée. (See Michel Chossudovsky, HYPERLINK "http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=32079"The US-NATO War on Syria: Western Naval Forces Confront Russia Off the Syrian Coastline?, Global Research, 26 juillet 2012.)

Le ministère britannique de la Défense a cependant laissé entendre que des déploiements de la Royal Navy au Moyen-Orient ne pourrait être mis en œuvre qu'« après » les Jeux Olympiques de Londres. Deux des plus grands navires de guerre de la Grande-Bretagne, le HMS Bullwark et le HMS Illustrious ont été assignés à la sécurité des Olympiques de Londres, aux frais astronomiques des contribuables britanniques. Le HMS Bullwark est stationné dans la baie de Weymouth pour toute la durée des Jeux et le HMS Illustrious est actuellement sur le Thames au cœur de Londres. (Ibid.)

Ces opérations navales planifiées sont soigneusement coordonnées avec l'appui accru des alliés à l'ASL, intégrée par des mercenaires djihadistes étrangers entraînés au Qatar, en Irak, en Turquie et en Arabie Saoudite pour le compte de l'alliance militaire occidentale.

L'alliance des États-Unis et de l'OTAN lancera-t-elle une opération aérienne totale?

Les capacités de défense aérienne de la Syrie sont, selon les reportages, basées sur le système sophistiqué S-300 de la Russie. (Des reportages non corroborés indiquent que la Russie a annulé une livraison à la Syrie de ce système de missile sol-air après avoir reçu des pressions d'Israël (Voir HYPERLINK "http://news.xinhuanet.com/english/world/2012-06/28/c_131682101.htm"Israel convinces Russia to cancel Syrian S-300 missile deal: official, Xinhua, 28 juin 2012.) Des reportages suggèrent par ailleurs qu'un système russe de radar sophistiqué a été installé. (Voir HYPERLINK "http://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/150059"Report: Russia Sent Syria Advanced S-300 Missiles, Israel National News, 24 novembre 2011.)
Le rôle des Forces spéciales

Dans les prochains mois, les forces alliées vont sans doute s'efforcer de paralyser les capacités militaires du pays, incluant sa défense aérienne et ses systèmes de communication, en combinant des opérations clandestines, des cyber-attaques et le parrainage d’attentats terroristes de l'ASL.

Les rebelles de l'« Armée syrienne libre » sont les fantassins de l'OTAN. Les commandants de l'ASL, dont bon nombre font partie d'entités affiliées à Al-Qaïda, sont en liaison permanente avec les Forces spéciales britanniques et françaises en Syrie. Le rapport du RUSI recommande que les rebelles soient appuyés par un déploiement «de conseillers des Forces spéciales au pays et d'un soutien aérien sur demande» :

La présence de conseillers aux côtés des commandants rebelles, possiblement en compagnie de petites unités des Forces spéciales, pourrait être déterminante sur les plans tactique et stratégique, comme ce fut le cas en Afghanistan en 2001 et en Libye en 2011. (RUSI, op. cit., p. 10.)

Des Forces spéciales sont sur le terrain en Syrie depuis le début de l'insurrection. Des reportages confirment aussi l'implication des compagnies de sécurité privées, dont d'anciens mercenaires de Blackwater, dans l'entraînement des rebelles de l'ASL. Dans ce que l'on décrit comme la « guerre au noir de l'Amérique », des Forces spéciales sur le terrain sont en liaison permanente avec des alliés de l'armée et des services de renseignement.

L'affluence de mercenaires djihadistes combattants

À la suite de l'impasse du Conseil de sécurité de l'ONU, le recrutement et l'entraînement de mercenaires djihadistes s'accélère.

Selon une source de l'Armée britannique, des Forces spéciales britanniques sont en train de former les « rebelles » syriens en Irak sur les tactiques militaires, le maniement d'armes et les systèmes de communication. Le reportage confirme aussi qu'un entraînement de commandement militaire avancé se donne en Arabie saoudite pour le compte de l'alliance militaire occidentale :

Les Forces spéciales britanniques et françaises entraînent activement des membres de l'ASL sur une base en Turquie. Certains reportages indiquent que l'entraînement a lieu aussi en Libye et au nord du Liban. Des agents du MI6 britannique et du personnel des UKSF (SAS/SBS) entraîneraient par ailleurs des rebelles pour la guérilla urbaine et les approvisionneraient en armes et en équipement. On croit que des agents étasuniens de la CIA et des Forces spéciales assistent les rebelles en matière de communication. (HYPERLINK "http://www.eliteukforces.info/uk-military-news/0501012-british-special-forces-syria.php"Elite Forces UK, 5 janvier 2012.)

Plus de 300 [rebelles syriens] sont passés par une base tout juste à l'intérieur la frontière irakienne, alors qu'un cours de commandement se donne en Arabie Saoudite.
Deux firmes privées de sécurité employant du personnel des Forces spéciales entraînent des groupes de 50 rebelles à la fois. “Notre rôle est essentiellement instructif et consiste à enseigner des tactiques, des techniques et des procédures”, a déclaré un ancien membre des SAS.

[...] “Nous espérons les aider en leur apprenant à se protéger, à tirer et à éviter de se faire cibler par des tireurs d'élite.” (HYPERLINK "http://www.dailymail.co.uk/news/article-2178526/Britain-dragged-Syria-conflict-prevent-bloodshed-spreading-neighbouring-countries-says-Army-commander.html?ito=feeds-newsxml"Daily Mail 22 juillet 2012.)

Le rôle de la Turquie et d’Israël

Le haut commandement militaire turc est en liaison avec le quartier général de l’OTAN depuis août 2011 relativement au recrutement actif de milliers de « combattants de la liberté » islamistes, rappelant l’enrôlement de moudjahidines pour mener le djihad (la guerre sainte) de la CIA à l’apogée de la guerre soviéto-afghane :

Nos sources rapportent que Bruxelles et Ankara discutent d’une campagne de recrutement de milliers de volontaires musulmans des pays du Moyen-Orient et du monde musulman pour aller se battre auprès des rebelles syriens. L’armée turque abriterait ces volontaires, les entraînerait et assurerait leur passage en Syrie. (HYPERLINK "http://www.debka.com/article/21207"DEBKAfile, NATO to give rebels anti-tank weapons, 14 août 2011, c’est l’auteur qui souligne.)

Le flot récent de combattants étrangers d’une envergure considérable suggère que ce programme diabolique de recrutement de moudjahidines mis en œuvre il y a plus d’un an s’est concrétisé.

La Turquie appui elle aussi les combattants des Frères musulmans au nord de la Syrie. Dans le cadre de cet appui aux rebelles de l’ASL, « la Turquie, à l’aide des alliés qatari et saoudien, a aménagé une base secrète pour envoyer aux rebelles syriens de l’aide cruciale sur les plans militaire et communicationnel à partir d’une ville près de la frontière ». (HYPERLINK "http://www.reuters.com/article/2012/07/27/us-syria-crisis-centre-idUSBRE86Q0JM20120727"Exclusive: Secret Turkish nerve center leads aid to Syria rebels | Reuters, 27 juillet 2012.)

Se caractérisant surtout par des opérations clandestines d’espionnage, le rôle d’Israël dans le soutien aux rebelles, quoique « discret », a été néanmoins significatif. Depuis le tout début, le Mossad a appuyé des groupes terroristes salafistes radicaux, lesquels ont participé activement au mouvement de protestation à Daraa, dans le sud de la Syrie, à la mi-mars. Des reportages suggèrent que le financement de l’insurrection salafiste provient de l’Arabie Saoudite. (Voir HYPERLINK "http://www.irishtimes.com/newspaper/world/2011/0510/1224296603334.html"Syrian army closes in on Damascus suburbs, The Irish Times, 10 mai 2011).

Tout en appuyant clandestinement l’ASL, Israël soutient également les séparatistes kurdes au nord de la Syrie. Le groupe d’opposition kurde (Conseil national kurde (KNC)) entretient des liens étroits avec le gouvernement régional kurde de Massoud Barzani au nord de l’Irak, directement appuyé par Israël.

Washington et Tel-Aviv prévoient utiliser les visées séparatistes kurdes afin de démanteler la Syrie et la diviser en plusieurs entités politiques « indépendantes » fondées sur des frontières ethniques et religieuses. Il convient de noter que Washington a par ailleurs facilité le déploiement de «militants de l’opposition » kurdes syriens au Kosovo en mai pour participer à des sessions d’entraînement employant «l'expertise terroriste» de l’Armée de libération du Kosovo (ALK). (Voir Michel Chossudovsky, HYPERLINK "http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=31454"Hidden US-Israeli Military Agenda: "Break Syria into Pieces", Global Research, juin 2012.)

Le programme militaire à peine voilé des États-Unis et d’Israël est de « Mettre la Syrie en pièces », dans le but d’appuyer l’expansionnisme israélien. (HYPERLINK "http://www.ekurd.net/mismas/articles/misc2012/5/syriakurd499.htm"The Jerusalem Post, 16 mai 2012.)


Confrontation avec la Russie

Dans les prochains mois, nous devons nous attendre à ce qui suit :

1) un déploiement naval en Méditerranée orientale, dont l’objectif militaire n’a pas été clairement défini par les forces alliés.

2) une affluence accrue de combattants étrangers et d’escadrons de la mort en Syrie, ainsi que des attentats terroristes soigneusement ciblées, en coordination avec les États-Unis et l’OTAN.

3) une escalade dans le déploiement de forces spéciales alliées, dont des mercenaires de compagnies privées de sécurité travaillant à contrat pour le renseignement occidental.

Le but de l’opération «le volcan de Damas et les séismes de Syrie» consiste au bout du compte à étendre les attentats terroristes de l’ASL à la capitale de la Syrie, sous la supervision des Forces spéciales et d’espions occidentaux sur le terrain. (Voir Thierry Meyssan, HYPERLINK "http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=31989"La bataille de Damas a commencé, Voltaire Net, 19 juillet 2012.) Cette option visant à cibler Damas a échoué. Les rebelles ont également été repoussés lors de combats intenses à Alep, la seconde ville syrienne en importance.

3) L’affaiblissement du rôle de la Russie en Syrie, incluant ses fonctions dans le contexte d’un accord de coopération militaire bilatéral avec Damas, fait aussi partie des visées du renseignement militaire des États-Unis et de l’OTAN. Cela pourrait donner lieu à des attentats terroristes contre des citoyens russes vivant en Syrie.

Un attentat terroriste visant la base navale russe de Tartous a été annoncé par l’ASL moins de deux semaines après la confrontation au Conseil de sécurité. Il ne fait aucun doute que celui-ci a été ordonné par les États-Unis et l’OTAN dans le but de menacer la Russie.
Suivant l’arrivée de la flottille de dix navires de guerre au large de la côte syrienne, un porte-parole de l’ASL a confirmé (le 26 juillet) leur intention d’attaquer la base navale russe de Tartous.

Nous avons un avertissement pour les forces russes : si elles envoient davantage d’armes pour tuer nos familles et le peuple syrien nous allons les frapper durement en Syrie » a déclaré Louay al-Mokdad, un responsable de la logistique pour l’ASL.

Des informateurs au sein du régime nous indiquent qu’une importante livraison d’armes arrivera à Tartous dans les deux prochaines semaines. Nous ne voulons pas attaquer le port, nous ne sommes pas des terroristes, mais s’ils continuent à agir de la sorte, nous n’aurons pas le choix.

L’ASL a formé une « brigade navale » constituée de déserteurs de la marine syrienne, active près de Tartous. « Bon nombre de nos hommes travaillaient auparavant dans le port de Tartous et ils le connaissent bien », a affirmé le capitaine Walid, un ancien officier de la marine syrienne. « Nous observons de très près les mouvements des Russes.

Nous pouvons facilement détruire le port. Si nous frappions les stocks d’armes à l’aide de missiles antichars ou d’une autre arme, cela pourrait déclencher une explosion dévastatrice, a déclaré un représentant de l’ASL. « Nous pouvons aussi attaquer directement les navires. (HYPERLINK "http://www.dnaindia.com/world/report_syrian-rebels-threaten-to-attack-russian-naval-base_1719887"Syrian rebels threaten to attack Russian naval base - World - DNA, 26 juillet 2012.)

Si les bases navales de la Russie étaient attaquées, il est fort probable que cela se ferait sous la supervision des forces spéciales et des agents du renseignement des alliés.

Alors que la Russie possède les capacités militaires pour défendre efficacement sa base navale de Tartous, une attaque contre celle-ci représenterait un acte de provocation pouvant ouvrir la voie à l’implication plus visible des forces russes en Syrie.               
         

Une telle tournure des événements pourrait également mener à une confrontation directe entre les forces russes d’une part et, de l’autre, les Forces spéciales et les mercenaires occidentaux actifs dans les rangs des rebelles.

Selon le bulletin du RUSI sur la crise Syrienne cité plus haut : «L’anticipation des actions et réactions de la Russie doit constituer un facteur majeur dans tout plan d’intervention [militaire] occidentale en [Syrie]. Les Russes sont certainement capables de poser des gestes audacieux et inattendus […]» (RUSI, op. cit., p. 5.)

Le monde est à une dangereuse croisée des chemins

Une « guerre humanitaire » totale contre la Syrie figure sur la planche à dessin du Pentagone et si elle devait se réaliser, elle conduirait le monde à une guerre régionale s’étendant de la Méditerranée orientale au cœur de l’Asie.

Un programme de propagande global et sophistiqué appuie la guerre au nom de la paix et de la sécurité mondiale.

Le scénario sous-jacent d’un conflit planétaire va bien au-delà des visées diaboliques de 1984 d’Orwell.

Le ministère de la Vérité sanctionne la guerre comme entreprise de pacification en mettant la réalité sens dessus dessous.

Les mensonges et les fabrications des médias dominants, assortis de diverses insinuations, sont présentés dans un enchevêtrement complexe de tromperies.

Dans un revirement cynique de situation, les atrocités documentées commises par l’« opposition » de l’Occident contre les civils syriens sont maintenant (au lieu d’être attribuées aux forces gouvernementales) reconnues comme étant « inévitables » dans la douloureuse transition vers la « démocratie ».

Les conséquences plus vastes du « grand mensonge » sont occultées.

La guerre humanitaire mondiale devient un consensus que personne ne peut contester.

La guerre contre la Syrie s’inscrit dans un programme militaire mondial intégré. La route vers Téhéran passe par Damas. L’Iran, la Russie, la Chine et la Corée du Nord sont également menacés.

Avec le déploiement de l’armada franco-britannique plus tard cet été, des navires de guerre occidentaux en Méditerranée seraient contigus à ceux déployés par la Russie qui effectue ses propres jeux de guerre, ce qui pourrait mener à une confrontation entre les forces navales russes et occidentales, évoquant la Guerre froide. (Voir Michel Chossudovsky, HYPERLINK "http://globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=32079"The US-NATO War on Syria: Western Naval Forces Confront Russia Off the Syrian Coastline?, Global Research, 26 juillet 2012.)

Une guerre contre la Syrie, dans laquelle Israël et la Turquie seraient inévitablement impliqués, pourrait représenter l’étincelle causant une guerre régionale contre l’Iran et à laquelle la Russie et la Chine pourraient être mêlées (directement ou indirectement).

Il est crucial de passer le message et de briser les réseaux de désinformation médiatique.

Afin de renverser l’escalade militaire il faut absolument comprendre les événements en Syrie de manière critique et impartiale.







Vă rog să citiți acest text selectat de mine, în speranța că vă poate interesa. Cu prietenie, Dan Culcer